Yackittude

On a tous notre madeleine de proust. La mienne est un yack blanc aux yeux langoureux et aux poils dansants. Laissez-moi vous en dire plus.

Toujours motivés par notre désir de vous amener l’Inde, toute l’Inde, encore plus d’Inde, nous nous sommes rendus la semaine dernière à Shimla. Shimla est la capitale de l’Himachal Pradesh, et une plaisante station située à 2200 mètres d’altitude dans l’Himalaya. Nous avons beaucoup aimé cette ville, et nous ne sommes pas les seuls, puisqu’au temps de l’Empire des Indes, les anglais en avaient fait leur capitale d’été. Ils y avaient même installé un vice-roi, habillé de manière tout à fait ridicule d’après les tableaux d’époque, qui ne flattent pas non plus les épouses desdits vice-rois, même si on note qu’elles avaient toutes un beau diadème.

                                                                                  maisonviceroi.jpg

(voilà donc la maison du vice-roi, très néo-gothique, ça m’a rappelé un peu Bombay)

Nous avons aimé Shimla. Mais il faut en préalable annoncer que le simple fait d’enfiler un pull est pour nous une source de satisfaction intense. Notre devise, vacances en pull, vacances au poil!

                                                                                   oscarenbonnet.jpg

Voilà donc l’occasion d’admirer l’aîné de notre tribu, couvert d’une manière que les maxima minima de 20 et 10 degrés ne justifiaient probablement pas, mais il n’est pas né à Singapour pour rien!

Qui plus est, à Shimla, il y a une rue presque piétonne, où les singes sont bien plus nombreux que les voitures, bordée de pittoresques structures souvent en bois. Le fond de l’air est frais, la poussette roule aisément sur le sol macadamé, nos poumons s’emplissent sous le lainage, bref, il faut peu de chose à notre bonheur en vacances.

petitesrues3.jpgpetitesrues2.jpgpetitesrues1.jpg

                                                                                petitesrues4.jpg 

Mais surtout, surtout, la raison pour laquelle nous avons adoré Shimla, c’est parce qu’il y a des yacks! (techniquement, ils sont à Kufri, 500 mètres plus haut et 16 kilomètres de lacets terrifiants plus loin, mais nous n’allons pas ergoter après avoir atteint l’Himalaya). Se trouver face à un yack est un moment de grande émotion. Tintin au Tibet, nous voilà! Le yack a de beaux yeux, qu’on se le dise, ses jarrets délicats et ses longs poils qui dansent sur son arrière-train à chaque pas lui donnent une allure de ballerine.                                                                               

                                                                                felixenyack.jpg

40 roupies les 10 minutes, mon fils sur un yack. Un grand moment de la vie d’une mère.

Pour Noël, je veux un yack.

Auteur :Helene Lecuyer

Blogueuse schizophrène qui partage son temps entre l'Asie dans tous ses points cardinaux et les côtes françaises de la Manche, j'habite depuis 7 ans un appartement à Bombay avec 4 hommes dedans, beaucoup de corneilles sur le balcon - parfois un milan majestueux - et des trains en contrebas. Reine du CV "non linéaire", après Sciences-Po Paris, j'ai semé les expériences professionnelles et les enfants à Singapour, en Corée et maintenant en Inde. A Bombay, je blogue, je m'investis dans la vie associative, je "pige" (pour TerraFemina, InaGlobal, ElephantJournal ...) J'aime Bombay la tragi-comique, dans sa grandeur et sa laideur, attachante et révoltante, toujours étonnante et intrigante. Ce blog, c'est pour partager avec toi, lecteur que j'espère fidèle ou du moins régulier, "mon" Bombay, parce que les émotions qui naissent ici sont trop démesurées pour rester contenues à l'intérieur d'un seul corps.

Inscrivez-vous

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

cyrilleauquebec |
Chemin Rêvant |
It'll all get better in time |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage aux Etats Unis
| Un an au Japon: Une Science...
| Ma vie dans 30 kg