Cafard dans la salle de bain…

Le guetteur du toit du Breach Candy Club semble avoir rangé sa chaise, et ses jumelles. En tout cas, je ne l’ai pas vu du week-end … Nous avons fréquenté deux hôtels 5 étoiles ce week-end, l’un avec la sécurité d’une forteresse assiégée, dans l’autre on entrait comme dans un moulin. Tout à l’heure, je retourne au Bombay store, où je me trouvais quelques heures avant les attaques, où aussi, Loumia et Mourad étaient avec nous pour la dernière fois.

La vie a repris son cours normal, ou presque … certains ont changé momentanément de pédicure (le salon de beauté de l’Oberoi), nous nous sommes rabattus sur le pain industriel de l’épicier du coin … des détails bien triviaux, qui nous rappellent, si on pouvait l’oublier, l’effroyable horreur qui s’est abattue sur la ville, et tous ceux, si nombreux, qui nous ont quittés. C’est sûr, si la mémoire est aussi longue (près de 3 semaines à l’échelle collective du monde), c’est que nous fûmes touchés de si près. Ces jours-là, on avait annoncé aux infos des fusillades, tueries … en Somalie ? 300 morts ? J’y avais prêté une attention distraite, on s’horrifie puis on oublie. A Bombay donc, la vie reprend son cours, mais les discussions, toujours, reviennent vers les mêmes sujets. D’autres récits sont partagés, et peu à peu, au souvenir de nos amis vivants se substituent des images obscures et ensanglantées. Se rappeler ses amis, dans la lumière et dans les rires, et non au travers d’instantanés figés et cauchemardés, demande un effort. C’est une autre chose aussi, que les terroristes ont volé.

Je me suis réjouie de la non-exacerbation du communautarisme. Une amie jain, mariée à un musulman, avec qui je discutais vendredi, m’affirmait la même chose. Elle trouvait l’Inde plus unie … enfin, celle de Bombay sud. Dimanche dernier, après un après-midi en bateau dans la baie de Bombay (eaux noirâtres, silhouette du Taj se découpant au loin comme si rien n’avait eu lieu), j’avais croisé le chemin de manifestants musulmans, femmes sous la burqa brandissant des pancartes, tous unis contre les attaques. Ce matin, je trouve dans ma boîte e-mail un courrier un peu différent, écrit à l’origine par un musulman, ce qui dégage finalement celui qui l’envoie de toute accusation d’incitation à la haine entre communautés. Ce courrier est une auto-critique, flagellation, dénonçant la responsabilité de tous les musulmans dans ce qui s’est passé. La circulation de ce courrier, sous ses dehors très policés, très modérés, ne me semble finalement pas si différente des pierres lancées par les militants de Raj Thackeray sur les taxis des Indiens du Bihar. Elle me ramène à la question innocente que m’avait posé Félix, quand je lui avais expliqué ce qui se passait à 15 minutes de chez nous, et pourquoi nous n’irions pas comme prévu au bowling, ce jour-là : « pourquoi y a-t-il des gens méchants ? » Et pourquoi y a-t-il de la violence ? Je regarde Nestor, 20 mois, et je me demande si cette violence trouve sa source dans la jalousie spontanée dont semble savoir faire preuve tout petit être en couches, si chaque homme porte en lui les graines de ce mal, dès la naissance … Si l’humanité a progressé au fil des millénaires dans sa capacité à accepter l’autre.

Pourquoi mes amis sont morts, et tant d’autres avec eux. Est-ce qu’ils sont quelque part, ou, comme me disait le croire Loumia, nulle part ? Cette amie jain va, m’a-t-elle promis, m’enseigner en janvier une forme de méditation non confessionnelle, qui me permettra de me reconnecter aux énergies qui constituent notre univers. Je croirais plutôt que la vie a le sens qu’on lui donne, pour le temps qu’on y passe. Qu’elle a la valeur de tous ceux qu’on y aime …

Ce qui m’amène à Nestor, qui fait ces jours-ci de grands progrès. Il me semble qu’il a appris à distinguer la classe des objets du monde animalier. Hier soir, alors que je lui donnais son bain, il a soudain pointé son doigt vers un cafard qui passait à proximité. Il a accroché de ses poings le rebord de la baignoire, s’est penché sur ledit cafard, et en direction de ses mandibules … a aboyé. Oui, mon Nestor a découvert le monde animalier, il lui reste à affiner ses connaissances.

Auteur :Helene Lecuyer

Blogueuse schizophrène qui partage son temps entre l'Asie dans tous ses points cardinaux et les côtes françaises de la Manche, j'habite depuis 7 ans un appartement à Bombay avec 4 hommes dedans, beaucoup de corneilles sur le balcon - parfois un milan majestueux - et des trains en contrebas. Reine du CV "non linéaire", après Sciences-Po Paris, j'ai semé les expériences professionnelles et les enfants à Singapour, en Corée et maintenant en Inde. A Bombay, je blogue, je m'investis dans la vie associative, je "pige" (pour TerraFemina, InaGlobal, ElephantJournal ...) J'aime Bombay la tragi-comique, dans sa grandeur et sa laideur, attachante et révoltante, toujours étonnante et intrigante. Ce blog, c'est pour partager avec toi, lecteur que j'espère fidèle ou du moins régulier, "mon" Bombay, parce que les émotions qui naissent ici sont trop démesurées pour rester contenues à l'intérieur d'un seul corps.

Inscrivez-vous

Abonnez-vous à notre lettre d'informations pour recevoir les nouveautés par e-mail.

2 Réponses à “Cafard dans la salle de bain…”

  1. Chouyo
    19 décembre 2008 à 10:31 #

    Bonjour Hélène,

    Nous nous étions rencontrées lors de la soirée « Beaujolais nouveau », et je reviens vers toi car je souhaite organiser une rencontre des blogueurs francophones de Bombay en début d’année prochaine, dans le but de comparer nos manière d’écrire la ville de Bombay et de déterminer un sujet d’écriture commun à une date donnée, entre autres idées.

    Si tu es intéressée, tu peux me contacter par mail ou sur un de mes blogs (http://chouyo.canalblog.com ou http://chouyovadrouille.canalblog.com).

    A bientôt !

  2. grand paradi
    6 janvier 2009 à 17:35 #

    ça y est! j’ai trouvé ton blog!
    je prends beaucoup de plaisir d’ailleurs à le lire, et jalouse fortement le fait de n’avoir croisé récemment aucune jambe artificielle…

Laisser un commentaire

cyrilleauquebec |
Chemin Rêvant |
It'll all get better in time |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage aux Etats Unis
| Un an au Japon: Une Science...
| Ma vie dans 30 kg