Sécurité prioritaire

Evidemment, les intrusions sournoises par acrobate népalais sont assez rigolottes à raconter dans un blog. Dans les faits, ça nous cause quelques réveils nocturnes durant lesquels l’Homme, vêtu de son seul caleçon et armé d’une raquette de tennis cordée en avril 1997, arpente la maison pour vérifier que portes et fenêtres sont toujours bien fermées. Difficile aussi de rassurer les enfants après leurs cauchemars (maman, j’ai rêvé qu’un sikh avec un grand couteau cassait la fenêtre et s’introduisait dans ma chambre) avec la même certitude inébranlable qu’auparavant: « mon chéri, il n’y a pas d’inquiétudes à avoir, d’abord, nous vivons au 5ème étage, et puis, tu as vu tous les gardiens en bas de l’immeuble ? »

Vous noterez au passage le caractère culturel des cauchemars: amis de France, combien êtes vous à rêver de sikhs avec grand couteau ?

J’ai reçu hier la visite de l’officier de la station de police du coin. Grand, jeune, plutôt bien de sa personne et pas encore l’ombre de la brioche qu’arborent immanquablement ses collègues plus âgés. Il tient à me rassurer, il a pris notre sécurité personnellement en main. « Madame, ceci ne se reproduira pas. Votre sécurité est notre priorité. »  Tout de suite, je me sens soulagée. Surtout qu’il m’informe que « ses hommes » vont assurer la formation des gardiens de l’immeuble, et vont même organiser des « alertes. » A l’idée de bedonnants moustachus sanglés dans leurs uniformes beiges, affrontant lors de cambriolages factices d’autres bedonnants moustachus en uniforme terre brune (nos gardiens à nous), j’ai envie de rire … En plus, je doute un peu que tout celà ne se produise vraiment.

Autre fait assez savoureux … On parle souvent de la violence des gardes à vue indiennes. Alors sachez que lors de son arrestation, tout suspect est d’abord emmené à l’hôpital pour un bilan médical. Je n’ai pas trop compris si ce bilan servait à s’assurer que le coeur dudit suspect était suffisamment solide pour résister à un interrogatoire musclé, ou s’il s’agissait au contraire de se prémunir contre des accusations futures de tortures (ce sont les policiers qui m’ont cassé le bras). Toujours est-il que notre officier nous a avoue candidement que le népalais n’a rien laché, ni son nom, ni son village, ni la façon dont il a pénétré dans l’appartement, et ce malgré les baffes qu’on lui a collées.

On nous fait savoir à mots découverts que si on le souhaite, et moyennant un pot de vin (qu’on appellera « prime de muscle »), les policiers peuvent avoir la main beaucoup plus lourde, de manière à arracher la vérité à notre cambrioleur. Nos âmes sont sensibles, c’est culturel, en plus j’ai un peu l’impression d’être en plein roman de Victor Hugo. Bientôt on va envoyer aux galères un pauvre type qui vient de voler une miche de pain. Nous déclinons, au grand regret de notre propriétaire, qui me répétera plusieurs fois: « I wish they had trashed it out of him. » Ce qu’on pourrait traduire librement par: j’aurais aimé qu’on le tabasse suffisamment pour lui faire cracher le morceau. »

Au pays de Ganghi, la propriété privée peut se défendre de manière assez sanglante sans que nul n’y trouve à redire.

Auteur :Helene Lecuyer

Blogueuse schizophrène qui partage son temps entre l'Asie dans tous ses points cardinaux et les côtes françaises de la Manche, j'habite depuis 7 ans un appartement à Bombay avec 4 hommes dedans, beaucoup de corneilles sur le balcon - parfois un milan majestueux - et des trains en contrebas. Reine du CV "non linéaire", après Sciences-Po Paris, j'ai semé les expériences professionnelles et les enfants à Singapour, en Corée et maintenant en Inde. A Bombay, je blogue, je m'investis dans la vie associative, je "pige" (pour TerraFemina, InaGlobal, ElephantJournal ...) J'aime Bombay la tragi-comique, dans sa grandeur et sa laideur, attachante et révoltante, toujours étonnante et intrigante. Ce blog, c'est pour partager avec toi, lecteur que j'espère fidèle ou du moins régulier, "mon" Bombay, parce que les émotions qui naissent ici sont trop démesurées pour rester contenues à l'intérieur d'un seul corps.

Inscrivez-vous

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

Une réponse à “Sécurité prioritaire”

  1. Chouyo
    15 janvier 2009 à 10:54 #

    Bonjour Hélène,

    Je reviens vers toi pour organiser la réunion de blogueurs.
    Tout d’abord, pourras-tu m’écrire sur mon adresse perso (dont tu disposes avec ce commentaire) pour m’indiquer la tienne, afin d’envoyer un mail collectif pour choisir une date et un lieu de rencontre ?

    Ensuite, quelques questions pour avoir une idée préalable pour proposer une date de rencontre : préfères-tu en semaine ou le week-end ? Quel jour en semaine, ou samedi ou dimanche, matinée, après-midi ou soirée ? As-tu une absence de prévue dans le prochain mois ?

    Merci de ta réponse !

    Julie / Chouyo

Laisser un commentaire

cyrilleauquebec |
Chemin Rêvant |
It'll all get better in time |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage aux Etats Unis
| Un an au Japon: Une Science...
| Ma vie dans 30 kg