Bad Karma

Ce matin, les médias s’indignent: une petite fille de 6 ou 8 ans (les rapports divergent sur son âge, ce qui est sûr, c’est que sur la photo, elle n’est pas très haute), issue de la caste défavorisée des Balmikis (dédiés à l’entretien des toilettes) a été malmenée par 2 policiers sous le regard impassible de 6 autres: gifles, cheveux tirés, oreilles tordues. Elle a même été soulevée du sol par les oreilles, ce qui doit faire assez mal à mon avis. Le motif: elle aurait volé 180 roupies (3 euros) sur un marché. Le tout s’est déroulé non loin de Lucknow, dans l’Utar Pradesh, un état qui ne bénéficie guère en Inde d’une image positive.

Je trouve la chose d’une grande hypocrisie. Une gamine vraisemblablement affamée battue par la police, représentante du droit et de l’ordre, c’est scandaleux, on est tous d’accord. Mais pourquoi cette indignation soudaine, alors qu’à travers l’Inde, et dans une indifférence quasi-générale, des dizaines de millions d’enfants sont confrontés à la violence, à la débrouille, grandissent comme des herbes qui poussent où elles peuvent, entre deux pavés mal scellés de trottoir, sous l’abri précaire d’un pont autoroutier. L’apathie de chacun – à commencer par la mienne – face à ces enfants qu’on finit par ignorer, fussent-ils accroupis, le cul nu, à se soulager dans un caniveau, cette apathie est terrifiante pour la nature humaine. (J’exclurai tous ceux et celles qui s’impliquent, admirables, dans des actions concrètes. En revanche, donner de l’argent à des ONG, comme on le fait tous, reste pour moi une forme d’apathie. On s’achète à bon compte une conscience qui nous permet de vaquer à nos activités en acceptant, intégrant un état de fait. Il y a des enfants de seconde zone. Il y a les notres, choyés, couvés, lavés, gavés, petits princes de notre société de consommation, et puis il y a ces mouches qui s’accrochent parfois à nos bas de jupe, nos avant-bras, dont on remarque au passage les magnifiques yeux verts, la tignasse mêlée de crasse, mais qu’on regarde sévèrement en leur disant: « Don’t touch me. » Et au passage, écrire sur ce blog à quel point tout cela m’indigne, c’est aussi de l’apathie, et un soulagement à bon compte de la conscience)

Mais revenons au sujet du jour: finalement, ce qui a jeté, dit-on, Mayamati (le premier ministre de l’UP, femme, richissime et Intouchable dans tous les sens du terme, puisqu’elle est née Dalit et sort indemne de toutes les accusations de corruption lancés contre elle), ce qui a jeté Mayamati dans une colère noire, c’est que ces faits sont l’oeuvre de la « mitra police », la police « amicale », comme il est fait référence dans les publications officielles à la police d’Etat. Là encore, qui s’étonne ? En Inde, la violence du traitement des suspects par la police est inversement proportionnelle à leur richesse. Et les riches d’applaudir à deux mains quand la police bat ceux qui ont osé la voler, comme j’en ai été témoin de première main.

Mes amis Indiens me répètent souvent à quel point la situation est complexe: un milliard d’individus, des problèmes à gérer de toutes parts: sanitaires, d’infrastructures, d’éducation, montée du communautarisme, menace naxalite (les maoïstes qui ont coupé en morceaux 15 policiers le week end dernier non loin de Nagpur), menace terroriste, les défis sont tels qu’on envira encore moins la place de Manmohan Singh que celle de Nicolas Sarkozy.

Hier, j’ai revu Paris Hilton (voir « Mon après-midi avec Paris »dans les archives), elle a toujours de fort belles lunettes, moi aussi d’ailleurs. Elle étincelle tellement de diamants que j’ai du mal à la regarder dans les yeux, je n’en ai jamais vu autant à la fois en dehors de la vitrine d’un joallier, et encore. Elle a au poignet une très intéressante montre dont le cadran, serti de rubis, saphirs et diamants représente la déesse Kalhi. Paris en ce moment est débordée. Son gourou est en visite depuis les Etats-Unis et c’est l’effervescence au temple de Khrisna où il s’est établi. Paris on l’a déjà mentionné est ardente dévote. D’ailleurs, elle s’en va au temple ce matin, pour balayer: « Tu comprends, le temple est tellement riche, ils n’ont rien à faire des donations. Si je veux faire acte spirituel, c’est plus utile de balayer, ou de ranger les chaussures. » (note: au temple Khrishna près de Babulnath, non loin du restau Soam, si une très jolie fille couverte de diamants prend vos chaussures, ne pas lui donner 10 roupies!) Elle me promet qu’un jour elle va m’expliquer un peu plus avant ce que ça implique, d’être dévouée à Khrisna: « Tu comprends, il nous enseigne qu’il y a deux mondes, le spirituel et le matériel. Nous sommes dans le matériel. Nous ne pouvons y récolter que des souffrances. Tout ce que nous pouvons faire, c’est d’essayer d’améliorer notre Karma. »

Comme il ne faut pas juger quelqu’un à la quantité de diamants qu’elle possède, je me demande quelles sont les souffrances personnelles qui lui font rechercher l’amélioration de son Karma. Et quelles mauvaises conduites passées cette petite de Lucknow expie aujourd’hui. « N’aie pas honte de ta chance et de ton bonheur, me dit une autre amie, c’est ton Karma, tu l’as mérité. » La culpabilité est donc bien une notion chrétienne.

Pour conclure sur une autre note, laissez-moi vous donner, une fois n’est pas coutume, quelques nouvelles du Pakistan voisin, et tout particulièrement de Karachi, où un dénommé Khalil vient de passer 4 jours consécutifs à être violé par 3 femmes non identifiées qui se sont forcées sur lui avec grande endurance. Le pauvre a été relâché quasiment inconscient, le joyau en sang de tant de frottements et pouvant à peine marcher ! (je me demande dans quel état sont les violeuses). On souhaite au jeune serveur un bon rétablissement, et je vous prie au passage de m’absoudre de l’abominable sexisme dont je viens de faire preuve, car eussent été les sexes inversés, je n’aurais jamais ri…

Auteur :Helene Lecuyer

Blogueuse schizophrène qui partage son temps entre l'Asie dans tous ses points cardinaux et les côtes françaises de la Manche, j'habite depuis 7 ans un appartement à Bombay avec 4 hommes dedans, beaucoup de corneilles sur le balcon - parfois un milan majestueux - et des trains en contrebas. Reine du CV "non linéaire", après Sciences-Po Paris, j'ai semé les expériences professionnelles et les enfants à Singapour, en Corée et maintenant en Inde. A Bombay, je blogue, je m'investis dans la vie associative, je "pige" (pour TerraFemina, InaGlobal, ElephantJournal ...) J'aime Bombay la tragi-comique, dans sa grandeur et sa laideur, attachante et révoltante, toujours étonnante et intrigante. Ce blog, c'est pour partager avec toi, lecteur que j'espère fidèle ou du moins régulier, "mon" Bombay, parce que les émotions qui naissent ici sont trop démesurées pour rester contenues à l'intérieur d'un seul corps.

Inscrivez-vous

Abonnez-vous à notre lettre d'informations pour recevoir les nouveautés par e-mail.

3 Réponses à “Bad Karma”

  1. Dalou
    5 février 2009 à 15:33 #

    C’est triste pour cette petite indienne.

    Paris Hilton ? je préfère me taire sinon la terre va trembler…en même temps comme dit l’autre « faut pas avoir honte de son Karma de fille de riche ».

    Je plaind le jeune homme qui s’est fait séquestré…espérant que ses atouts reviennent en bonne santé et qu’au passage il n’ait pas été contaminé par le VIH.

    Merci pour ton article HL, même s’il donne envie d’entrer dans un rage folle !

  2. grand paradi
    5 février 2009 à 16:44 #

    tu sais ce que tu fais, avec tes articles, hélène : tu nous soulèves du sol par les oreilles. ça fait un peu mal, mais ça réveille et ça fait réfléchir…Merci!

  3. Kirsi
    6 février 2009 à 6:14 #

    Je fais une telle mauvaise benevole pour l’instant que je prefere vraiment donner de l’argent que de ne rien faire ! Le pire de tous, c’est quand me ignorance et oublie. Dalai Lama et Bhagavad Gita ont des idees interessantes sur les actions et les motivations de l’homme pour ses actions, sur la « devotion » qu’on devrait avoir pour faire ce qu’on fait et de le faire pour les bonnes raisons. Malheureusement dans des ONGs en general, il y a un peu de tout…J’ai vu un reportage sur l’aide en Arfique et c’etait triste de voir a quel point meme cette domaine de l’aide humanitaire est corrompue. Donc oui, faudrait plutot donner son temps quand on ne sait pas ou va l’argent parfois mais au meme temps il faut avoir de l’argent pour pouvoir faire quelque chose.

Laisser un commentaire

cyrilleauquebec |
Chemin Rêvant |
It'll all get better in time |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage aux Etats Unis
| Un an au Japon: Une Science...
| Ma vie dans 30 kg