Le sourire de Pinki

11123.jpgEvidemment, les 8 oscars de Slumdog millionnaire sont le sujet incontournable du jour. J’ai presque honte de joindre ma voix à la foule, mais le fait est que dans la presse, on ne parle que de ça. Je n’ai jamais vu, mis à part hélas pendant les si terribles attaques de novembre, une nouvelle repousser loin bien loin en entrefilets tout le reste. L’Inde, le monde se sont arrêtés, et n’ont fait semble-t-il que regarder la cérémonie à la télévision.

Les journalistes y sont allés de leurs calembours: Mumbai devient Slumbai, Slumdog devient Slumgold … Les controverses continuent, un peu moins fort peut-être ? S’agit-il d’un film indien ? S’agit-il d’un film culte ? Est-ce que les Oscars, c’est si important que ça ? (Non, répond Amitabh Bachchan, sur la barbe grise duquel le tapage médiatique autour du film commence à courir.) Personnellement, je constate deux choses. Que le film est sympathique (mais lisez-le livre!), et que s’il attire l’attention du monde sur l’Inde, tant mieux. Que les sourires de Ismael et Rubina (les deux enfants des bidonvilles qui ont joué les rôles de Jamel et Latika enfants) sont dignes des meilleurs contes de fée. J’espère que de retour dans leurs bicoques de Garib Nagar (une des innombrables poches de bidonville qui font exploser le ventre de Bombay), ils pourront garder leur smoking et leur robe de soirée, sans que ceux-ci soient gatés par les moussons ou emportés par les inondations. 

J’ai cependant l’intime conviction que les 13 bonhommes en haillons assis ce matin en bas de mon immeuble n’en ont rien à cirer. D’ailleurs, les Oscars, ils ne savent même pas ce que c’est. L’intérieur de mon appart, en revanche, ils connaissent bien, puisqu’ils viennent de passer 2 mois perchés sur des échaffaudages de bambous à repeindre la façade d’un joli rose pastel que les pigeons ont déjà commencé à souiller. Ils sont occupés à enrouler sur leurs poignets des kilomètres de cordelette qui leur ont servi à faire tenir ensemble les longues tiges qu’ils parcouraient avec l’aisance de funambules, tout en détaillant notre quotidien avec une impudence d’autant plus éhontée que ce n’est pas tous les jours qu’ils ont une famille d’européens sur laquelle se rincer l’oeil. Mieux que le cable ! Mais à voir l’usure de la cordelette, plus ébouriffée que mes fils au réveil, je me dis que de temps en temps ça doit craquer. Un vrai jeu de mikado. (Pour plus d’info sur la pratique des échaffaudages à Bombay, le très poétique blog de Grand Paradi, http://jeromew.typepad.com/grand_paradi/2009/02/macram%C3%A9.html)

Dans l’euphorie médiatique, on n’oubliera pas de mentionner l’Oscar du meilleur documentaire (court métrage) remis à Megan Myle pour son documentaire Smile Pinki. Pinki, petite villageoise de 11 ans, est née, comme 35,000 enfants en Inde chaque année, avec un bec de lièvre. Sa rencontre avec un travailleur social de l’association « smile train »(http://www.smiletrain.org/site/PageServer) va changer sa vie. L’hopital de Varanasi qui a rendu son sourire à Pinki va exceptionnellement opérer 22 enfants aujourd’hui. Pour célébrer cet oscar.

Image de prévisualisation YouTube 

Si on compte les 22 petits opérés, Pinki, Ismael et Rubina embarqués pour un voyage extraordinaire, celà fait donc 25 sourires pour cette cérémonie des oscars. On peut penser ce qu’on veut de la pluie de récompenses reçues par le film de Danny Boyle, mais 25 enfants heureux, ce n’est pas si mal, non ?

Auteur :Helene Lecuyer

Blogueuse schizophrène qui partage son temps entre l'Asie dans tous ses points cardinaux et les côtes françaises de la Manche, j'habite depuis 7 ans un appartement à Bombay avec 4 hommes dedans, beaucoup de corneilles sur le balcon - parfois un milan majestueux - et des trains en contrebas. Reine du CV "non linéaire", après Sciences-Po Paris, j'ai semé les expériences professionnelles et les enfants à Singapour, en Corée et maintenant en Inde. A Bombay, je blogue, je m'investis dans la vie associative, je "pige" (pour TerraFemina, InaGlobal, ElephantJournal ...) J'aime Bombay la tragi-comique, dans sa grandeur et sa laideur, attachante et révoltante, toujours étonnante et intrigante. Ce blog, c'est pour partager avec toi, lecteur que j'espère fidèle ou du moins régulier, "mon" Bombay, parce que les émotions qui naissent ici sont trop démesurées pour rester contenues à l'intérieur d'un seul corps.

Inscrivez-vous

Abonnez-vous à notre lettre d'informations pour recevoir les nouveautés par e-mail.

2 Réponses à “Le sourire de Pinki”

  1. Dalou
    24 février 2009 à 19:10 #

    Wè c’est clair ! 25 enfants opérés c’est aussi bon que les oscars de Slumdog Millionnaire.
    8 oscars sur 10 nominations !! c’est un truc de fou quand même. Personnellement je ne m’y attendais pas, bien que j’ai vraiment apprécié le film (que je vais revoir une 2ème fois ce week-end).
    Merci pour l’info sur l’Oscar du meilleur documentaire de « Pinki ». Je ne savais pas.

    Mais en tout cas Quelle Razzia ce Slumdog Millionaire !

  2. nath
    25 février 2009 à 0:59 #

    j’ai longuement parcouru ton blog….
    passionnant !
    J’ai passé 3 semaine en Inde en janvier dernier.. et je suis revenue avec plein de questions en tête.. une folle envie d’y retourner au plus vite et une énorme soif d’en apprendre plus sur ce pays !!
    lire tes articles m’a fait passer un très agréable moment, j’ai appris beaucoup de choses, en riant, en pleurant… avec beaucoup d’émotions !

Laisser un commentaire

cyrilleauquebec |
Chemin Rêvant |
It'll all get better in time |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage aux Etats Unis
| Un an au Japon: Une Science...
| Ma vie dans 30 kg