De Charybde en Scylla

Depuis 24 heures, j’ai le sentiment que quelqu’un a oublié de refermer la porte du four. Ou peut-être même de vivre en dessous d’une rôtisserie. Et de me demander, les yeux plissés vers le ciel d’un gris bleuté laiteux uniforme, quel festin de mécréants embrochés se préparent les divinités locales, au mépris de leurs principes végétariens. Aussi étais-je fort contente d’apprendre dans mon journal ce matin qu’il a fait 40.6 degrés hier à Santacruz, et que par conséquent, je n’ai pas imaginé le souffle d’air chaud qui m’a enveloppé quand je suis descendu de ma voiture à 5 minutes de là.

Avec une telle chaleur, je suis en plein ramollissement cérébral, aussi le défi du jour me semble-t-il particulièrement difficile: aujourd’hui, je dois choisir entre être une Mumbaikar, ou une Bombayite.

Là, les thermes en sont jetées (humides, chaudes) et j’ai très peur de vous faire subir un billet d’initié. Mais je n’ai pas le choix, comme je vais vous l’expliquer un peu plus bas. Pardonnez-moi donc si votre lecture ce matin vous rappelle mon dernier visionnage d’une émission de Laurent Ruquier (ou de n’importe quel autre roi du PAF), où des gens qui ont l’air de fort bien se connaître mais que vous même n’avez jamais rencontrés, s’auto-congratulent, se taquinent et partent dans de grands rires de hyènes complices, le tout devant des caméras de télévision, comme si notre suprème privilège désormais était de pouvoir assister, de loin, aux distractions des pipeules.

Nous sommes plusieurs à bloguer à Bombay, et depuis peu, nous sommes fédérés autour d’un blog commun dont l’objectif ultime est d’augmenter notre traffic: ne pas comprendre que nous voulons plus de taxis noirs et jaunes klaxonnant, plus de motos (avec side-car) slalomant, plus de calèches victoriennes trottinant, plus de charrettes à boeuf ahanant … mais plus de visiteurs sur nos blogs, ça oui. Le blogueur se nourrit de visiteurs. Le blogueur compte les visites avec angoisse dans son panneau d’administration, et si un jour il a 82 visiteurs (bienheureux 18 mars) mais zéro commentaire laissé sur son blog, il est en plein affres. D’ailleurs, ça lui donne des aphtes. Bien sûr, il y a des trucs pour augmenter son trafic: par exemple, j’écris « porno bourgeoise versailles », « 2 soeurs se font une épilation brésilienne », et ça y est, 12 visiteurs envoyés là après leur recherche google. Hélas, il est fort à parier que ces visiteurs s’envolent très vite vers d’autres blogs avec plus de photos et moins de textes. L’idée est donc venue (pas à moi, qui n’en n’a plus au delà de 35 degrés) de créer un blog où chaque blogueur de Bombay  amènerait son regard, sa plume … sa perplexité sur un sujet commun. Un blog où nous serions tous recensés, libre ensuite au lecteur de faire son marché, cliquer de blog en blog, de bombayite en mumbaikar.

Car oui, et c’est la figure imposée du mois, il faut choisir entre être bombayite, ou mumbaikar. Autant dire, pour moi, entre Charybde et Scylla.

(Petit aparté pour les non-initiés: Bombay a deux noms. Le premier c’est Bombay. Le deuxième c’est Mumbai. Bombay viendrait des anglais, sauf que j’ai aussi lu que c’était les portugais – les colonisateurs originels –  en fait qui avaient trouvé ce nom, et qu’ils l’avaient tiré de l’appellation en dialecte local. En 1995, sous l’impulsion nationaliste du Shiv Sena  »boutons les anglais dehors », Bombay a été rebaptisé Mumbai, qui signifie déesse en Marathi. Depuis, une fois c’est Bombay, une fois c’est Mumbai, d’où la pertinence de nos billets, hé, hé.)

Déjà, vous avez fait attention au nom de mon blog, ceux qui arrivent chez moi en googolant « Hélène Lecuyer » ? Pas de doute, je suis une Bombayite, et qui sait, peut-être même sommes-nous l’Homme et moi des Bombaysers, comme la jolie mais inexacte trouvaille de la Commuauté Urbaine de Lille pourrait l’indiquer. Et puis, j’habite Bombay Sud: vous avez déjà entendu parler de Mumbai Sud, vous ? Moi, jamais! Dans le Bombay Sud cossu, dans mon cercle d’octogénaires, tout le monde se réfère à Bombay. Il  y a d’abord la force de l’habitude et de la tradition, mais je pense aussi que c’est une défiance vis à vis du Shiv Sena et de ce qui a été perçu comme un changement de nom artificiel. Appeler Bombay Mumbai, également, ce n’est pas innocent. Choisir le nom marathi pour cette ville, c’est affirmer qu’elle appartient d’abord aux Maharashtriens.

Or, une bonne partie de l’élite de Bombay n’est pas d’origine Maharastrienne, et ne se sent pas Maharastrienne. Bombay a d’ailleurs d’abord été indépendante, puis, le Gujarat (pourtant nettement plus au Nord) et le Maharastra se la sont disputées, dans des émeutes sanglantes, avant que Bombay ne devienne, au final, la capitale du Maharastra. Mais des amis parsis, des amis sindhis, des amis gujaratis m’ont tous déjà raconté cette histoire.

A Bombay Sud, donc, on va acheter des souvenirs au Bombay store, et puis on est invités par des copains qui en sont membres à prendre un verre au Bombay Gym, et puis …. on peut manger du Bombay Duck …. qui je sais c’est perfide, est un poisson.

D’un autre côté, si je cherche un billet d’avion Bombay Paris, je ne vais jamais trouver. Car officiellement, Bombay, c’est Mumbai. Et c’est ainsi qu’on l’appelle dans tous les documents officiels. Je prendrai donc ce soir un avion Mumbai -Paris. Et puis, la ville s’étend, et on parle alors de « Greater Mumbai » (personne ne parle de « Greater Bombay », ça ferait ridicule). Ou encore, si je ne veux pas me faire brûler l’échoppe par les partisans du Shiv Sena et du MNS, j’ai intérêt à dire et écrire que j’habite Mumbai, et pas Bombay. Ils n’ont pas hésité à menacer, vandaliser tous ceux qui emploient encore l’ancien nom.

Alors, Bombayite, Mumbaikar ? Assez curieusement en ce qui me concerne, j’emploie Bombay mais je parle des Mumbaikars. A terme, sans nul doute, les Bombayites seront tous dans les cimetières, leurs cendres seront dispersées dans la mer d’Arabie et leurs restes auront rassasié les vautours, et la ville ne sera plus peuplée que de Mumbaikars. Seule une petite élite emploiera encore ce terme, qui renforcera, avec le fait qu’elle parle anglais à ses enfants et son mari, qu’elle appartient à l’ère révolue des longues dynasties qui ont dominé Bombay.

 

Auteur :Helene Lecuyer

Blogueuse schizophrène qui partage son temps entre l'Asie dans tous ses points cardinaux et les côtes françaises de la Manche, j'habite depuis 7 ans un appartement à Bombay avec 4 hommes dedans, beaucoup de corneilles sur le balcon - parfois un milan majestueux - et des trains en contrebas. Reine du CV "non linéaire", après Sciences-Po Paris, j'ai semé les expériences professionnelles et les enfants à Singapour, en Corée et maintenant en Inde. A Bombay, je blogue, je m'investis dans la vie associative, je "pige" (pour TerraFemina, InaGlobal, ElephantJournal ...) J'aime Bombay la tragi-comique, dans sa grandeur et sa laideur, attachante et révoltante, toujours étonnante et intrigante. Ce blog, c'est pour partager avec toi, lecteur que j'espère fidèle ou du moins régulier, "mon" Bombay, parce que les émotions qui naissent ici sont trop démesurées pour rester contenues à l'intérieur d'un seul corps.

Inscrivez-vous

Abonnez-vous à notre lettre d'informations pour recevoir les nouveautés par e-mail.

4 Réponses à “De Charybde en Scylla”

  1. Chouyo
    2 avril 2009 à 10:31 #

    Rapatriement effectué ! J’espère que ton trafic en a été fortement augmenté ;) !

  2. Annie
    3 avril 2009 à 12:12 #

    et oui, de Calcutta à Kolkata, de Connaught Place à Rajiv chowk, là je suis quasi sûre que personne ne dit Rajiv Chowk, à part les plaques de signalisation. Ici, on dit toujours C.P. (prononcer ci pi) tout change sous les édiles des … comment les appeler, restons en à Shiv Sena et autres nationalistes hindous.

  3. vanina
    4 avril 2009 à 19:43 #

    Merci pour ce billet. Je trouve le sujet choisi assez difficile à traîter et c’est le premier article qui m’éclaire avec précision sur la différence entre Bombay et Mumbai.

  4. Marie
    23 avril 2009 à 21:25 #

    Je reviens d’un voyage à travers le Madhya Pradesh et le Maharashtra et j’allais juste partir quand le sujet « Bombayite ou Mumbaikar » a été voté.
    Tout au long de notre trajet lorsque nous rencontrions des habitants indiens de Mumbai, je leur demandais s’il préféraient Mumbai ou Bombay.
    A l’unanimité, ils répondaient BOMBAY.

Laisser un commentaire

cyrilleauquebec |
Chemin Rêvant |
It'll all get better in time |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage aux Etats Unis
| Un an au Japon: Une Science...
| Ma vie dans 30 kg