Le pouvoir du doigt

« On a échangé mon fils pour une fille », ainsi s’exprime Mohammed Sartaj, 36 ans, vendeur de fruits. Il n’en démord pas, juste après la césarienne, un garçon d’étage lui a amené son bébé enveloppé dans une couverture et lui a montré le sexe: un couillu. Mais un peu plus tard, on remet au père les papiers officiels de la naissance, et c’est une fille. Le père, la mère, déjà parents de deux filles, sont convaincus que quelqu’un (les médecins ?) a procédé à un échange.

Ce genre d’histoires se retrouve régulièrement dans les journaux. Ca, ou bien le vol d’enfant, toujours un garçon évidemment, comme le bébé de Mohan et Mohini Nerurkar enlevé de l’hôpital de Sion, en janvier dernier, tandis que la maman se rendait aux toilettes. Alors, Mohammed, sans doute terriblement anxieux à l’idée d’avoir une troisième fille (et une troisième dot à payer) a-t-il pris ses désirs pour des réalités et confondu un repli de la couverture avec un minuscule pénis ? Ou bien y a-t-il eu, réellement, trafic d’enfant ? Quoiqu’il en soit, cette histoire nous rappelle que la petite fille est rarement la bienvenue, et ce en dépit des nombreux plans mis en place par le gouvernement (une bicyclette gratuite pour que les filles aille à l’école dans le Tamil Nadu, 1 roupie par jour passée à l’école dans le Maharashtra, 1 lakh (à peu près 1800 euros) déposé sur un compte au 18 ans de la jeune fille, si elle a poursuivi ses études jusqu’au lycée, dans le Nord de l’Inde, etc ….). Je me souviendrais toujours de la surprise que j’avais dû masquer, lorsque, très fier de la naissance de son premier fils, mon masseur m’avait collé sous le nez l’écran de son téléphone, où, durant plusieurs minutes, jouait en gros plan la vidéo des parties génitales du petiot.

Avoir un fils si possible, mais surtout, avoir un enfant performant à l’école. Semaine très active chez mes Octogénaires Anonymes (j’y reviendrai) et ce matin, en compagnie d’une vingtaine de grand-mères et arrières-grand-mères, j’écoute la bonne parole distillée par une mère de dyslexique, et fondatrice d’un centre destiné aux enfants dyslexiques. La dyslexie est à la mode en Inde depuis que le film Tare Zameen Par l’a fait découvrir. Le fils de l’oratrice a 30 ans, il a un bon job et il vient de se marier, mais la mère a l’air aussi stressée et catastrophée que lorsqu’on lui a annoncé les troubles d’apprentissage de son enfant. Elle nous répète à quel point elle-même était bonne élève, et d’ailleurs elle a un doctorat, et les tests de QI de son fils sont tout à fait normaux. J’ai l’impression à l’entendre de retomber dans le système d’éducation d’avant-guerre. Elle nous relate des anecdotes contemporaines, de ses petits élèves qu’on place pour la durée du cours dans une poubelle, avec un chapeau mentionnant « idiot » sur la tête. Elle nous martèle pendant une heure que ceux sont des enfants en souffrance mais qu’il faut prendre aussi en compte la détresse des parents face à cette insurmontable catastrophe, ce sont ses termes. L’assistance est atterrée. Dans l’environnement ultra-compétitif du système éducatif indien, fondé uniquement sur les résultats aux examens annuels, et ceux dès la maternelle, avoir un enfant « pas dans le moule », c’est aussi la faillite de la mère.

 

  fingermarking.jpg

L’index des votants est marqué à l’encre indélébile

 

L’Inde a donc commencé hier à voter pour renouveller son Lok Sabha, l’élection se déroulera en 5 étapes, c’est qu’il y a du monde à faire voter!! La participation avoisinerait les 60%, ce qui est d’autant plus remarquable que dans 5 états, incluant celui du Maharashtra, les maoïstes ont mené 14 attaques, tuant au moins 19 personnes, fidèles en celà à leur promesse de saboter ces élections et leur appel au boycott. Ainsi, on ne peut que se réjouir pour la démocratie indienne  que 53% des villageois de l’Orissa se soient rendus aux urnes, et particulièrement 65% des habitants de Kandhamal, ceux-là mêmes qui avaient le plus souffert des violences anti-chrétiennes durant le second semestre 2008. Tout le monde s’y met pour inciter les indiens à exercer leurs droits démocratiques, et Karan Johar, le réalisateur d’une famille indienne, se fend d’un court-métrage où ses meilleurs potes (comme Priyanka Chopra, Kareena Kapoor ou le très à mon goût Shahid Kapoor) nous montrent tous le doigt. En voici un court extrait, car dans sa version intégrale, c’est 8 minutes d’index célèbres que nous voyons défiler.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Pour conclure ce billet, justement, sur la grande démocratie indienne. Hier jeudi, toujours grâce à mes Octogénaires Anonymes aux intérêts décidément fort divers, j’ai pu rencontrer Ranjit Hoskote. Je vous mets tout de suite à l’aise, avant de poser les yeux sur lui, moi non plus, je ne savais pas qui il était. Taille moyenne, cheveux noirs, moustachu, petites lunettes, voilà qui ne le rend pas particulièrement remarquable, surtout en Inde. Il m’annonce qu’il est poète (ce qui me donne toujours envie de pouffer et prouve que j’ai un fort petit esprit, je sais.) Il est également secrétaire général de la branche indienne de PEN International, une association qui regroupe les écrivains de par le monde, pour la liberté d’expression. C’est à ce titre qu’il est venu nous parler. La liberté d’expression se réduit en Inde, nous dit-il, du moins pour les artistes et les écrivains. La mondialisation a entraîné un repli d’une certaine frange de la population vers les traditions et le communitarisme. Pour lui, le premier droit du citoyen indien, c’est désormais  »le droit de se sentir offensé ». Quand on repense à la farce de Billu the Barber, on ne peut qu’approuver.

husain.jpg

Ou encore, aux problèmes que rencontre MF Husain, dont les peintures représentant des déesses nues font scandale auprès des activistes hindous, jusque sur les trottoirs de New York (ici une photo d’un manifestant à l’extérieur de Christies, lors d’une vente aux enchères des oeuvres de Husain). Les films bien sûr sont soumis à censure, mais aussi les pièces de théatre, et apprend-on de manière assez étonnante même les orchestres de musique classique occidentale doivent obtenir le feu vert avant tout concert! Les sujets sensibles peuvent aussi bien être religieux que politiques, liés au sexe, et la censure est le fait des gouvernements (au nom de la sacro sainte sécurité nationale, qui va de la négation du problème du Cachemire jusqu’au fait qu’il faut éviter de heurter le sentiment religieux des populations pour préserver la paix civile), mais aussi, le résultat de la pression des partis politiques fondamentalistes qui s’y entendent à manipuler les foules (et on a vu bien des films retirés précipitamment des salles, ainsi même la superproduction Jodhaa Akbar ne fut pas diffusée au Rajasthan car elle offensait les Rajputs!)

Je me suis dit soudainement que j’avais bien de la chance, de pouvoir écrire ce qui me passait par la tête sur mon blog, avec pour seul souci ma mère, qui parfois me téléphone: « Tu as écris Merde 2 fois dans ton dernier billet. Ce n’est pas beau. Vraiment. »

Auteur :Helene Lecuyer

Blogueuse schizophrène qui partage son temps entre l'Asie dans tous ses points cardinaux et les côtes françaises de la Manche, j'habite depuis 7 ans un appartement à Bombay avec 4 hommes dedans, beaucoup de corneilles sur le balcon - parfois un milan majestueux - et des trains en contrebas. Reine du CV "non linéaire", après Sciences-Po Paris, j'ai semé les expériences professionnelles et les enfants à Singapour, en Corée et maintenant en Inde. A Bombay, je blogue, je m'investis dans la vie associative, je "pige" (pour TerraFemina, InaGlobal, ElephantJournal ...) J'aime Bombay la tragi-comique, dans sa grandeur et sa laideur, attachante et révoltante, toujours étonnante et intrigante. Ce blog, c'est pour partager avec toi, lecteur que j'espère fidèle ou du moins régulier, "mon" Bombay, parce que les émotions qui naissent ici sont trop démesurées pour rester contenues à l'intérieur d'un seul corps.

Inscrivez-vous

Abonnez-vous à notre lettre d'informations pour recevoir les nouveautés par e-mail.

11 Réponses à “Le pouvoir du doigt”

  1. Eve.G
    17 avril 2009 à 18:02 #

    Je suis vraiment ravie d’avoir découvert ton blog. Qu’est ce que tu nous fais apprendre comme choses sur ce pays!! Je n’en connaissait rien et grâce à toi et à ton écriture très fluide, ton souci du détail et tes descriptions parfaites, j’ai l’impression de le visiter!
    C’est très grave ces histoires d’échange de bébés. Quel sentiment d’insécurité! Tu arrives à te sentir à l’aise dans ce pays si différent de notre culture ?
    Je ne sais pas si j’arriverais pour ma part à y vivre..
    En tout cas continue surtout parce que plus je lis, plus je veux en savoir plus!

    Au fait : Embrasse ton fils qui a très bon goût! :)

  2. 17 avril 2009 à 18:12 #

    Non j’adore vivre en Inde!! C’est un pays fascinant et les indiens sont très sympa, en plus ils ont beaucoup d’humour!! J’espère que tu continueras à voyager chez moi!!

  3. Jean-François
    17 avril 2009 à 23:13 #

    merci du passage !!!!!!!!!!!!! extraordinaire votre site ……………….. et le plus amusant c’est que je viens de découvrir ces élections au journal de 20H !!!!!!!!!!! Merci @+ JF

  4. Marinax
    18 avril 2009 à 12:11 #

    Winneuriz Marinax! ça y est j’ai réussi à laisser mon commentaire. Ton site est super instructif sur l’Inde et surtout ses habitants. Cela change des récits mystico babos ou la menace asiatique.

  5. 18 avril 2009 à 12:17 #

    @ Marinax: je suis hélas complètement imperméable au mysticisme. Ma seule expérience avec gourou m’a même un peu effrayée, je suis partie au bout de 2 heures, en ayant l’impression qu’on s’apprêtait à me laver le cerveau. Mais je réessaierai peut-être, ne serait ce que pour pouvoir bloguer dessus !!!

  6. Bonnie
    20 avril 2009 à 0:14 #

    Quelle plume ! Tu endosses à merveille le rôle du témoin, et ce n’est pas le plus simple à tenir.
    Et comme Marinax, je suis contente de lire autre chose sur l’Inde que ces récits de jeunes parisiens illuminés revenus de Goa (non, je ne vise personne, hein ;-)

  7. Bulles d'infos
    20 avril 2009 à 18:53 #

    Ahah Bonnie tu ne vises personne vraiment ? ;-)

    Je prends toujours le temps de lire tes billets car je ne veux pas les lire « à la légère ». Un vrai témoignage en direct qui m’en fait apprendre plus qu’aux infos.
    Dans le genre, ici on parle beaucoup de la petite actrice de Slmumdog Millionaire que son père aurait tenté de vendre ses jours-ci.

  8. 20 avril 2009 à 19:14 #

    @ Bulles d’info: j’ai vu ça et je me garderais bien d’émettre une opinion définitive sur le sujet. Les journaux ici disent qu’un tabloid anglais a essayé de coincer le père. Celui-ci affirme qu’il a reçu une offre mais l’a refusée. Sa femme (la belle mère) dit « nous sommes pauvres mais pas au point de vendre nos enfants. » La fille dit vouloir rester avec son père. En fait, le scandale est arrivée par la mère de l’enfant, qui a porté plainte auprès de la police. La mère avait abandonné son mari et sa fille quand celle-ci était toute petite, et certains disent que c’est la toute nouvelle célébrité de sa fille, et les possibilités de gain que ça engendre, qui la pousserait à vouloir se rapprocher. Depuis que sa petite a été oscarisée, elle réclame la garde!!! Le père prétend donc à un coup monté de son ex-femme pour récupérer plus facilement la petite. On en saura peut-être plus dans les jours qui suivent …

  9. Bulles d'infos
    20 avril 2009 à 20:34 #

    Tu vois tes précisions sont intéressantes, ici nous n’avons qu’une partie de l’info, en l’occurrence assez tronquée. Le traitement de l’information internationale dans les médias généralistes est toujours assez succinct quoiqu’on dise finalement !

  10. Dalou
    20 avril 2009 à 23:59 #

    Merci pour l’article. J’adore les coups de fil de la mère … ha ha ha

  11. Dominique
    21 avril 2009 à 21:47 #

    merci pour ce blog, j’aime beaucoup ce style narratif, on s’y croirait à chaque dedans. c’est très vivant.
    Et ça m’a l’air très instructif pour moi qui suis nouveau ici !

Laisser un commentaire

cyrilleauquebec |
Chemin Rêvant |
It'll all get better in time |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage aux Etats Unis
| Un an au Japon: Une Science...
| Ma vie dans 30 kg