Les habitudes alimentaires, ça ne se discute pas!

J’ai été la témoin aujourd’hui d’un cas de désinformation religieuse

Mais permettez-moi d’en arriver au fait par un long détour, qui nous mènera des rues de Bombay jusqu’à la ville de Jodhpur en passant par l’aéroport domestique.

picture067.jpg A mon arrivée à Bombay donc, je remarquai assez rapidement des passants au visage recouvert d’un masque.  Ces individus, quasiment toujours vêtus de blanc, arpentaient la ville pieds nus avec un bâton, voir un plumeau à la main. Ils paraissaient par ailleurs assez inoffensifs. Mon serviable chauffeur m’informa qu’il s’agissait de jains et que ceux-ci ne mangeaient ni ail ni oignon. Vous pensez bien que mon imagination démarra au quart de tour. S’agissait-il d’une tribu issue des Carpates, et se couvraient ils des pieds à la tête visage inclus pour ne pas s’enflammer au soleil ? (Parce qu’à l’inverse, on m’a fait part de jains nus comme des vers sautillant dans les rues au rythme du tambourin juste au moment du lever du soleil.) 

Je ne connaissais pas le Jain, et sur le coup, mon chauffeur ne put pas m’en dire plus: « Mais ces jains, qu’est-ce qu’ils sont exactement ? » « Une espèce de religion, Madame. » Il faut dire que mon chauffeur n’est ni sectaire, ni regardant, il m’a déjà annoncé: « Hindu, Muslim, Catholic, I can pray anywhere Madam, any temple. My religion is like, international. »

Très rapidement, ma propriétaire m’annonçait que mes voisins d’en face étaient jains. En baissant la voix. Rapport aux pigeons qui envahissent mon toit et souillent ma terrasse, mais qu’on ne peut pas chasser pour ne pas heurter les sensibilités de nos voisins. Les jains, donc, aiment les pigeons.

Une amie hindou quant à elle, partit dans une diatribe enflammée: « Ce sont vraiment des hypocrites, ces jains. Regarde les statistiques, c’est sur Napean Sea Rd qu’on retrouve les chiffre les plus élevés de déséquilibre des naissances entre filles et garçons. Ils sont les premiers à pratiquer le foeticide sélectif. » Les jains, donc, habitent souvent Napean Sea Rd. (Une fort belle rue, avec de magnifiques demeures anciennes et de jolies échappées sur la baie de Bombay).

 Un jeune homme jain, organisateur de safaris et autres aventures sauvages de son état, m’affirma qu’il venait de passer un mois à jeûner. « Vous voulez dire, à ne pas manger durant la journée, comme les musulmans ? » « Non, non, un mois, sans manger, et sans boire. » « Mais ce n’est pas possible. L’homme ne peut pas rester un mois sans boire ni manger. » « Si, tous les jains le font, c’est leur devoir, de jeûner, pour se faire pardonner auprès de toutes les créatures qu’ils ont malencontreusement détruites. » Les jains, donc, ont des capacités physiques hors du commun. (J’ai depuis rencontré à de nombreuses reprises des jains qui m’ont assuré la même chose, les plus modestes disant qu’ils ne jeûnent qu’une semaine. Je demeure très perplexe.)

Je menais l’enquête sur cette communauté qui me semblait d’ors et déjà extraordinaire, et j’apprenais: que c’était une religion fort ancienne (datant de 6000 ans avant JC, au moins), que les contraintes alimentaires sont draconiennes (complètement végétaliens, les jains ne se nourrissent pas non plus des fruits et légumes qu’il faut extraire de la terre, ils ne consomment ni thé, ni café, ni alcool.) J’avoue j’étais bluffée d’imaginer qu’il y a 8000 ans, à une époque où ça ne devait pas être facile d’acheter sa nourriture végétarienne bio au Monoprix du coin, des individus aient pu faire des choix aussi restrictifs. Bien évidemment, ils n’utilisent, ne portaient aucun vêtement ou accessoire en cuir. J’apprenais aussi qu’ils utilisent l’eau avec parcimonie, et toujours bouillie et filtrée (pour éviter d’ôter la vie par erreur à des micro-organismes), qu’il s’agit d’une communauté fort riche (les diamantaires d’Anvers sont essentiellement issus de la communauté jain) mais pas toujours très tolérante, puisqu’on trouve de nombreux immeubles pour Jains uniquement, et qu’ils militent pour faire bannir de Napean Sea Rd, leur fief, les restaurants non-végétariens. Respirer un fumet de mouton pourrait mettre en péril leur pureté durement gagnée.

picture0701.jpg

Et le plumeau ? Et bien, il sert à balayer devant soi, et avant de s’assoir, pour éviter d’écraser malencontreusement une bestiole de son gros orteil ou de son popotin. Même chose pour le masque, il ne s’agirait pas d’aspirer un moucheron.

Peu de temps après toutes ces découvertes, une controverse anime les journaux, et la communauté jain. Une jeune fille a décidé de commettre le « Samaadhi ». Le Samaadhi, c’est une forme de suicide spirituel, jeune perpétuel où le croyant cesse progressivement de s’alimenter et de boire, jusqu’à son extinction complète. C’est une forme de mort admirable pour le Jain, puisqu’elle le débarrasse de tout Karma négatif, mais les prêtres de Bombay finissent par lâcher que ce n’est pas un choix recommendable pour un adolescent. (L’an dernier près de Bengalore, un prêtre s’est laissé mourir comme ça et ses fidèles affirment que 3 semaines après sa mort, son corps était toujours intact, et « brillait ».).

Mais voilà que nous sommes invités à Jodhpur par des Jains, une occasion à ne pas manquer. A l’aéroport, je remarque un prêtre fort gros et son suivant, qui évolue plié en deux pour balayer devant son maître. A Jodhpur, nous sommes reçus par une famille absolument charmante, la femme, au tour de taille ma foi fort imposant, a grandi à Bombay, tiens donc, sur Napean Sea Rd, avant que ses parents ne lui arrangent ce mariage avec ce Jain du Rajasthan: « Dans notre communauté, il y a trop de contraintes. Il faut des mariages arrangés, seule une jain peut convenir à un jain. D’ailleurs, mes soeurs sont toutes les deux parties vivre aux Etats-Unis, elles ont épousé des jains en mariage arrangé. Même lorsqu’ils sont installés à l’étranger, les jains retournent en Inde pour y trouver une fille de leur communauté. » Madame, très chaleureuse mais visiblement pas frivole, nous explique qu’ils se lèvent tous les jours à 3 heures du matin pour méditer, entre 3 et 4 heures chaque jour. Nous passons à table, et tout est délicieux, les saveurs, très différentes, explosent contre mon palais et je me ressers 3 fois. Ca ne passera pas très bien plus tard dans la nuit, ce à quoi je ne comprendrai rien jusqu’à ce qu’on m’explique que les jains cuisinent au Ghee (à l’huile), avec vraiment beaucoup de Ghee. C’est l’excès de matière grasse que mon estomac aura du mal à tolérer!!! La fille de la maison, une adolescente très ouverte d’une quinzaine d’année, m’annonce alors que je m’apprête à enfourner dans ma bouche une cuillère remplie d’une crème jaunâtre délicieuse: « Vous avez déjà songé que lorsque vous mangez une carotte, c’est la vie tout entière de la carotte que vous détruisez ? »

 Ah non.

Vous voilà donc armé maintenant pour apprécier toute la saveur de l’anecdote du jour. Je suis à l’école de l’Ange Bouclé (dont nous n’avons pas parlé récemment mais il se porte fort bien, merci). Comme d’hab, la maîtresse – c’est une jain -, montre ses fameuses « flash cards » et le petit surdoué est au premier rang: il s’écrie « Peacock » dès qu’il voit apparaître la roue du paon. Il m’épate et me culpabilise tout à la fois. Aujourd’hui, c’est Sciences Naturelles. La maîtresse brandit l’image d’un chien. « Oui c’est un chien, et que mange le chien ? » Silence dans l’assistance. « Le chien mange des biscuits. Oui des biscuiiiits!!! » (Sa voix se fait stridente sur le « i »)  »Et quoi d’autre ? » Moi je souffle dans l’oreille de mon petit: « de la viande, de la viande. » La maîtresse s’écrie alors: « Et du lait, oui! Le chien mange des biscuits et boit du lait. » Image suivante: « Que mange la vache ? »

Ayons donc une pensée émue pour les chiens végétariens de Napean Sea Rd, espérons qu’ils n’aient ni trop de diabète, ni cholestérol !!

Auteur :Helene Lecuyer

Blogueuse schizophrène qui partage son temps entre l'Asie dans tous ses points cardinaux et les côtes françaises de la Manche, j'habite depuis 7 ans un appartement à Bombay avec 4 hommes dedans, beaucoup de corneilles sur le balcon - parfois un milan majestueux - et des trains en contrebas. Reine du CV "non linéaire", après Sciences-Po Paris, j'ai semé les expériences professionnelles et les enfants à Singapour, en Corée et maintenant en Inde. A Bombay, je blogue, je m'investis dans la vie associative, je "pige" (pour TerraFemina, InaGlobal, ElephantJournal ...) J'aime Bombay la tragi-comique, dans sa grandeur et sa laideur, attachante et révoltante, toujours étonnante et intrigante. Ce blog, c'est pour partager avec toi, lecteur que j'espère fidèle ou du moins régulier, "mon" Bombay, parce que les émotions qui naissent ici sont trop démesurées pour rester contenues à l'intérieur d'un seul corps.

Inscrivez-vous

Abonnez-vous à notre lettre d'informations pour recevoir les nouveautés par e-mail.

8 Réponses à “Les habitudes alimentaires, ça ne se discute pas!”

  1. Alice
    23 avril 2009 à 20:44 #

    merci pour tes écrits. j’apprends tant de choses avec toi et de façon si agréable! tu as une belle plume de narratrice. amitié, Alice

  2. Dominique
    23 avril 2009 à 21:32 #

    c’est bon à savoir tout cela, merci !
    Tous les jours je croise des trucs nouveaux à Bombay. Il y a un jour où on a tout vu ou pas ?

  3. F
    24 avril 2009 à 8:08 #

    J’adore ce post!!
    Il y a enormement de jains a Jaipur car c’est la communaute des joaillers et diamantaires, et je me souviens de discussions ubuesques sur ma cruaute envers les tomates dans ma salade…
    Ils sont souvent hypocrites, c’est vrai, mais c’est ce qu’on recolte quand on se coltine une religion legerement totalitaire.
    Ceux qui sont tous nus dans la rue c’est les pretres-sadhu, il n’y en a pas tant que ca mais c’est une vision relativement traumatisante (ca m’est arrive une fois).
    Tu as sans doute lu « Maximum City »: il y a un chapitre fascinant sur les jains qui renoncent au monde.
    Bonne journee dans la fournaise!
    XX

  4. francesco
    24 avril 2009 à 12:08 #

    …tes reportages sont toujour superbes, fascinants et instructifs…. merci…

  5. Dalou
    27 avril 2009 à 16:30 #

    J’aurais aimé en rencontrer, mais je n’ai jamais fait attention aux Jaïns quand j’étais en Inde. Et pourtant j’ai visité des temples Jaïns :D lol

    Merci pour toutes ces infos :)

  6. Cécile de Brest
    30 avril 2009 à 19:24 #

    Je découvre ton blog que je trouve passionnant ! L’Inde m’est totalement inconnue et ce que tu décris m’intéresse beaucoup.

  7. candice
    17 mai 2009 à 2:10 #

    J’adore la culture indienne (même si je n’ai pas encore eu l’occasion d’aller en Inde)depuis que j’ai découvert Bollywood il y a quelques années.
    Les jaïns ont pour principe absolu la non-violence, appelée ahimsâ ( Gandhi était très proche de la communauté jaïne ) et la vérité.Cependant, la non-violence prime sur la vérité et on a le droit de mentir si cela peut sauver une vie, quelle qu’elle soit.

    Donc une non-violence quasi-absolue est observée ( au moins physique, matérielle) d’où un végétalisme très strict lui aussi, bien plus que celui des hindous de haute caste.
    Mais j’ai également appris d’après le témoignage de bloggeurs français en Inde que la plupart des Indiens ne considèrent pas certains aliments comme de la nourriture, apparemment une Indienne hindoue en plein jeûne peut impunément s’empiffrer à Mc Do sans rompre son jeûne : certains aliments comptent, d’autres non. A priori, ce qui est occidental a tendance à ne pas compter.

  8. Dinesh
    24 juin 2010 à 23:03 #

    je suis jaïn : mes chiens sont aussi végétariens, omnivores qu’ils sont, comme l’homme : et vivent bien plus vieux que ceux nourris avec le produit de la souffrance « concentrationnaire » que les esprits ignorants infligent, directement ou non, aux animaux (animaux « muets », certes, mais pourvus d’un système nerveux similaire aux nôtre (en ce qui concerne les mammifères), n’en déplaise au délire chrétien de Descartes et ses « animaux-machines » et ses « preuves » de l’existence du « Dieu » anthropocentriste : voilà qui empeste toujours, hélas, en France…).

    « L’Orient s’est incliné devant l’Occident
    Avec un patient et profond dédain »

    - Macaulay

    Pourquoi changer ?

    Nous nous inclinons.

Laisser un commentaire

cyrilleauquebec |
Chemin Rêvant |
It'll all get better in time |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage aux Etats Unis
| Un an au Japon: Une Science...
| Ma vie dans 30 kg