Magie, Magie

ajanta2.bmpOn l’a déjà mentionné dans ce blog, en ce moment, à Bombay, il fait chaud. Moins chaud certes que dans le district d’Aurangabad, où les températures ont atteint le niveau record de 46 degrés (une pensée émue pour tous les touristes en train de fondre d’admiration devant les fresques d’Ajanta – voir ci-contre). Mais la hausse des températures, et l’humidité qui va avec, nous indiquent avec certitude que nous avons entamé le joli mois de mai. Même si je reconnais qu’un simple coup d’oeil au calendrier aurait pu suffire…

Mai à Bombay … Mai à Bombay, c’est les vacances. C’est-à-dire que tout le monde a fui. Ou presque. L’avantage, c’est que tout le monde a fui, donc il y a beaucoup moins de circulation, donc de klaxons. Du coup, j’entends à nouveau l’appel de la corneille au petit déjeuner, celle qui nous fixe tous les matins depuis l’appui-fenêtre, l’oeil torve et le bec entrouvert sur l’espoir fou qu’on lui lance quelques pétales de Kellogs Choco Duo. L’inconvénient, c’est que tout le monde a fui, et notamment les ouvriers des divers corps de métier, qui ont transporté le leur, de corps, au village. Or, le mois de mai est un mois riche en travaux.

Il y a d’abord la ville, qu’il faut préparer pour la mousson.

200pxsisyphusbyvonstuck.jpg

Si Homère était toujours vivant, et d’ailleurs, si c’est bien lui qui a été réincarné dans la jolie vachette noire tout en bas de chez moi, celle qui mâchouille placidement l’herbe généreusement offerte par les passants en mal de réhabilitation de Karma, il est peut-être en train de ruminer une ré-actualisation du mythe de Sisyphe. Avec dans le rôle de Sisyphe, la BMC (la Ville, pour les parisiens). Et dans le rôle du rocher, le pothole, qui n’a rien à voir avec un réservoir à Hashish, mais qui est un trou, tout simplement. Dans la route.

Tous les ans au mois de mai, la BMC a donc 2 missions, dans une haletante course contre la montre pour battre l’arrivée de la mousson, début juin, d’autant plus que pour conserver le suspens, les travaux ne démarrent jamais avec plus de 6 semaines d’avance: combler les trous de la chaussée, et nettoyer, voire agrandir, les canalisations d’évacuation. C’est une tâche importante, car la ville, mal préparée, peut subir sinon des inondations parfois meurtrières. Tout le monde a encore en mémoire les inondations d’aout 2005, au cours desquelles plus de 1000 personnes perdirent la vie. Sans aller jusque là, ça n’est jamais très agréable de constater que pour se rendre jusqu’à l’étal du marchand de fruit, il faut traverser une route avec de l’eau jusqu’aux chevilles, on m’a raconté des histoires fort peu ragoûtantes d’infections de l’ongle du gros orteil. Alors pourquoi faut-il recommencer chaque année, c’est pour moi un mystère, que certains imputent à la corruption (les entreprises de travaux publics et les officiels de la ville détourneraient une partie des fonds en utilisant des matériaux au rabais, d’où un macadam moins durable), d’autres à la pollution (l’usage des sacs plastiques qui boucheraient les canalisations, entraveraient l’écoulement des rivières, sacs plastiques d’ailleurs officiellement interdits depuis l’automne 2005, bien qu’ils soient toujours en circulation, comme il en va pour beaucoup d’interdictions en Inde sauf peut-être celle de se rouler des pelles sur Marine Drive). Chaque année nous apporte son lot d’anecdotes pittoresques, comme cet été où dans sa précipitation, la BMC avait non seulement rebouché les nids de poule, mais aussi plus de 1000 bouches d’égouts!!! Les toutes premières semaines de juin, les employés de la BMC, munis de détecteurs de métaux, localisaient dans l’urgence ces fameuses bouches, puis cassaient la chaussée pour les dégager. L’Inde est un pays qui développe le sens de l’humour.

La ville se prépare pour la mousson, mais aussi les immeubles. Les échaffaudages poussent tels des bambous sauvages sur les façades, seulement un peu plus ligotés, et les peintres et couvreurs sont fort occupés à imperméabiliser les murs et vérifier les toitures. Celà ne suffit généralement pas à éviter les écoulements d’eau, et il me faut donc bien croire les Indiens qui m’affirment que la mousson est une force irrépressible à laquelle aucune peinture ne résiste plus de 2 ans.

Un apparté pour vous dire qu’à me lire, vous pourriez avoir un visuel de ciel chargé de plomb, de vagues soufflées par le vent frappant violemment le rivage dans de grandes gerbes d’éclaboussures, de raies de pluie rebondissant haut à peine ont elles touché le sol, s’écrasant sur votre crane, vos épaules, vous détrempant dans l’instant. Mais aujourd’hui, pas du tout: c’est juste un peu l’étuve dans l’alcôve qui me sert de bureau, mais le ciel est bien bleu (enfin, de ce bleu brumeux qui fait l’ordinaire de Bombay).

Le mois de mai, enfin, c’est aussi les travaux chez moi. Rien de nouveau, me direz-vous, et vous aurez raison, car les travaux chez moi, c’est tous les mois, et faut-il y voir la conséquence d’un bad karma, je ne le crois pas. C’est la nature de l’Inde, le cycle perpétuel de la réincarnation … ou alors, comme le suggère Suketu Mehta dans son excellent ouvrage: Bombay Maximum City, une stratégie des ouvriers en bâtiment qui réparent provisoirement pour être sûrs de venir souvent. A peine donc avons nous défait les échafaudages, alors que je me réjouissais de pouvoir enfin regarder les fascinantes émissions de TV5 Asie les jambes en l’air sans donner vision directe sur ma culotte à un peintre de l’Utar Pradesh (il reste certes mon mari et mes 3 fils mais ils ont l’habitude et surtout ils ne se tiennent pas debout sur un bambou au 5ème étage), à peine étalai-je dans tout l’appart un déshabillé approprié aux températures locales, à peine donc nous réjouissions nous d’être enfin chez nous que nous lâchèrent successivement en l’espace de 3 jours: toilette, ordinateur, air conditionné.

Mois de mai, souvenez-vous, ouvriers au village, difficulté d’obtenir des réparations. Mais la journée s’annonce bien, 11h35 et déjà 2 corps de métier dans l’appartement.

- Le premier à avoir sonné était un homme jeune, pas très grand, vêtu d’une chemise à carreau. Dans un pet joyeux, il m’annonce qu’il est là pour l’ordinateur (celui des enfants, pas le mien, sinon, je ne pourrais pas écrire ce billet). Pour l’heure, il transpire abondamment, la tête penchée sur une unité centrale éventrée, car hélas, il travaille dans la pièce où la clim a lâché.

- Le binôme suivant est constitué de plombier 2 et plombier 5: il faut dire qu’ils en sont à leurs 4ème visite pour réparer ces toilettes, et que chaque fois, le binôme réparateur mais pas gagnant est composé de bonshommes différents (ce n’est pas lié à leur compétence, semble-t-il, mais à leur départ pour ou arrivée du village.) Les solutions préconisées varient à chaque visite:  le blocage est situé quelques étages plus bas, (je dois dire que je soupçonne fortement les expérimentation de l’ange bouclé avec le jet d’objets dans la cuvette) et ils hésitent entre déclarer ces toilettes condamnées à jamais (« it’s going to be very difficult Madam, we might have to break the wall, do you still want to repair it ? ») ou abandonner le tuyau existant à sa triste existence d’embouché et connecter les toilettes à un nouveau tuyau. Entre ces deux solutions radicales, ils amènent aujourd’hui une très longue tige de bambou dont ils pensent se servir pour tenter le débouchage de la dernière chance. Merveilleux bambou aux usages si divers. Mais deux choses m’intriguent: comment vont ils manoeuvrer dans mon appart une tige de bambou de 10 mètres, et surtout comment vont-ils lui faire négocier un angle à 90 degrés afin de l’introduire dans ce fichu tuyau !!!

Mon plombier est-il la réincarnation d’Houdini ???

houdini.bmp

Auteur :Helene Lecuyer

Blogueuse schizophrène qui partage son temps entre l'Asie dans tous ses points cardinaux et les côtes françaises de la Manche, j'habite depuis 7 ans un appartement à Bombay avec 4 hommes dedans, beaucoup de corneilles sur le balcon - parfois un milan majestueux - et des trains en contrebas. Reine du CV "non linéaire", après Sciences-Po Paris, j'ai semé les expériences professionnelles et les enfants à Singapour, en Corée et maintenant en Inde. A Bombay, je blogue, je m'investis dans la vie associative, je "pige" (pour TerraFemina, InaGlobal, ElephantJournal ...) J'aime Bombay la tragi-comique, dans sa grandeur et sa laideur, attachante et révoltante, toujours étonnante et intrigante. Ce blog, c'est pour partager avec toi, lecteur que j'espère fidèle ou du moins régulier, "mon" Bombay, parce que les émotions qui naissent ici sont trop démesurées pour rester contenues à l'intérieur d'un seul corps.

Inscrivez-vous

Abonnez-vous à notre lettre d'informations pour recevoir les nouveautés par e-mail.

12 Réponses à “Magie, Magie”

  1. Alis
    5 mai 2009 à 1:32 #

    hé hé… ma mère me parlait souvent de Houdini…
    merci encore pour ce fabuleux article, je me regale ici à chaque fois!
    je disparais! pfft! bonne soirée Helene…

  2. M1
    5 mai 2009 à 3:35 #

    Putain 46°?! c’est d’la bombe bomaby! ça donne vachement envie de s’y installer ! (vachement.. bombay.. )
    Y a TV5 Asie ?!!
    Et la prochaine fois appelle Joe The Plumber ;)

  3. 5 mai 2009 à 9:22 #

    @ M1: mais non, 46 c’est à Aurangabad, à 1h d’avion de là. Nous, on a l’influence du bord de mer, ça monte moins (40 ou 41 pour les pires journées)!!!
    TV5 Asie, le « meilleur » de le télé francophone publique, pour le rayonnement de la France. Tous les jours, on a les journaux télévisés canadiens, belges, suisses, le journal du midi de France 3, tout ça. Et puis, Fort Boyard, Plus belle la vie, questions pour un champion, Laurent Ruquier et Michel Drucker… Je sens que mes enfants vont être au point pour affronter les discussions en cour de récré en France, s’ils s’y retrouvent un jour!!! Il faut aussi signaler une programmation cinéma extraordinaire, que des films que personne n’a jamais vu, dont personne n’a entendu parler, et qui sont vraiment bizarres…. Enfin, au moins, on a Thalassa.

    @Alis: oui la popularité d’Houdini est extraordinaire, il a bien réussi son passage à la postérité. Même mon fils de 12 ans connait!!! Ne va pas nous faire ton Houdini! A bientôt sur ton blog

  4. francesco
    5 mai 2009 à 11:56 #

    …histoire merveilleuse…

  5. Eve.G
    5 mai 2009 à 15:15 #

    Ha ha ! j’ai bien ri avec le coup du bambou! c’est exactement la question que je me suis posée!! Je te souhaite bien du courage parce que ça à l’air dément cette température en ce moment!
    Et sinon j’aime beaucoup Homère réincarné dans une vache indienne… très poêtique!

  6. Eve.G
    5 mai 2009 à 15:16 #

    Sinon tu remarqueras les deux annonces google présentes sur la page des coms qui peuvent t’être bien utiles en ce moment…:)

  7. 5 mai 2009 à 15:24 #

    @ Eve: effectivement, cette annonce Feux de pistes est assez exceptionnelle…Je suis super fière, ça me change de « dieu vous aime! » et autre « lisez la magie de l’Inde »

  8. La mère Minos
    5 mai 2009 à 16:03 #

    Haaaaa, les travaux et leurs déboires… un savoir universel !
    J’attends toujours mon plombier, si le tien et son bambou font l’affaire, je veillerai à leur offrir un aller-retour pour Paris ;-) .
    Si tu ne l’as pas encore vu, je te conseille de regarder le film Travaux, de Brigitte Roüan avec Carole Bouquet ( http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18389343&cfilm=56830.html ), une bonne tranche de rigolade pour ceux qui ne sont pas directement concernés, un retour en enfer pour les autres.
    A bientôt !

  9. Annie
    6 mai 2009 à 9:07 #

    Sujet de conversation du moment, le temps qu’il fait ou plutôt la température qu’il fait ! fait plus chaud à Delhi, mais moins humide … je regrette de ne pas avoir la télé, ça me semble ABSOLUMENT palpitant. Quant à ce que je préfère dans ton article, (désolée, là il me semble que je manque de compassion ) c’est l’allusion à se rouler des pelles sur Marine Drive ! bon courage tout de même , si tu veux, je t’envoie mon plombier, qui est super !!! et je m’y connais, il en a défilé un certain nombre par ici, aussi.

  10. M1
    6 mai 2009 à 10:51 #

    Et Bigard? ils passent la fine fleur de l’humour français sur TV5 Asie?

  11. 6 mai 2009 à 10:55 #

    On a le DVD :-) Non, on ne voit que les invités de Ruquier et Drucker!

  12. mulamba
    15 septembre 2010 à 14:47 #

    j`ai apprecis toute votre inspiration magique
    je veut etre a votre coter
    moi mulamba leon je vous adore.

Laisser un commentaire

cyrilleauquebec |
Chemin Rêvant |
It'll all get better in time |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage aux Etats Unis
| Un an au Japon: Une Science...
| Ma vie dans 30 kg