1411 tigres en Inde, info ou Intox ?

Que ce soit dit: depuis notre première installation en Inde en août 2005, j’ai eu l’occasion de voir des tigres à deux reprises.

La première, c’était au cirque, avec l’enchantement de ma vie (aka l’ange bouclé, désormais âgé de 4 ans). La deuxième, c’était au zoo de Bubaneshwar (tout à fait recommandable si vous avez une demi-journée à tuer en Orissa avec des enfants en bas âge). Mais de tigre dans la vie sauvage ? Point. Et pourtant, nous nous sommes déjà rendus à Corbett National Park, à Periyar, et depuis ce week-end, à Pench. Preuve que la persévérance ne paie pas toujours (comme je m’en suis fait la remarque le jour où l’échographe m’annonça que j’attendais un 3ème garçon).

h1.jpgh2.jpg

à noter que le bandeau du site officiel de la réserve est trompeur: l’éléphant de la photo existe bien, l’enchantement de ma vie lui a donné des Chapatis pour son petit déjeuner, c’est l’un des 3 éléphants domestiques de la réserve, chargés de promener les touristes sur leurs dos. Mais il n’y a pas d’éléphants à l’état sauvage à Pench. L’Homme suggère également que sur cette même photo, le tigre est en peluche.

Pench National Park est à 2 heures de Nagpur, à la lisière de l’état du Maharashtra et du Madhya Pradesh. Haut dans les airs, j’ai profité de du magazine de bord gracieusement mis à notre disposition par la compagnie aérienne pour vérifier où ça se trouvait (pile au centre du pays). J’ai collé la carte sous les yeux de l’aîné (écouteurs enfoncés jusqu’aux tympans il ne répondait pas quand je l’appelais), puis je l’ai interposée entre le visage concentré du second et une partie acharnée de Pokemon Diamond sur DS. « Vous avez vu, c’est là qu’on va. » Indifférence totale, sauf de la part de l’enchantement de ma vie qui voulait « grabouiller » sur la page.

Arrivés à l’hôtel, les enfants font la tête: il n’y a ni wi-fi, ni télé. En plus, ils auraient voulu dormir sous la tente au Taj, parce qu’ont leur a dit que c’était super. On explique qu’à 300 euros par personne et par nuit, c’est trop cher, même en tout compris. (Mais n’hésitez pas, cher lecteur rêveur, à cliquer sur le lien que Bombay Magic vous a aimablement fourni, ça a vraiment l’air chouette).

A Pench, on n’entend pas le bruit des voitures. A Pench, si le ciel se charge c’est qu’il va pleuvoir – et pas qu’une chape de pollution plane au dessus de vos têtes. A Pench, il y a beaucoup de papillons magnifiques et de toutes les couleurs. A Pench, les changements de lumière à l’aube sont vraiment très beaux (alors qu’aujourd’hui à Bombay on est passé du nuit noire à 6 heures au gris dense à 8h30). 

Mais trève de communion avec la nature, nous ne sommes pas là pour marcher à l’heure où blanchit la campagne, mais pour voir, enfin, à notre tour, le roi de la jungle. 

En diverses occasions, nous avons déjà frôlé le tigre. A  Periyar, nous avons entendu son feulement. A Corbett, nous avons vu son empreinte, et la trace de ses griffes sur le tronc d’un « gum tree ». Un soir, nous avons même discuté avec un groupe d’anglais qui avait rencontré des hollandais qui avaient vu une tigresse avec ses 3 petits. Enfin, dans le Rajasthan, un fier autochtone à la moustache frémissante et aux encore fort vertes années avait planté son regard étonnamment bleu dans les yeux de ma mère, 76 ans, pour lui annoncer qu’il était le dernier tigre d’Udaipur. Après de tels signes du destin, c’est l’optimisme chevillé au corps que nous grimpâmes dans notre jeep découverte.

Verdict au bout de 4 safaris et 16 heures de jeep ? Un daim fraîchement tué, au pied d’un arbre. Il a l’air paisible et presqu’endormi, si ce n’est que tout son postérieur est manquant. Déjà, vautours et chacals approchent. « C’est un tigre qui l’a tué, explique le guide. Les tigres commencent toujours à dévorer leur proie par l’arrière. Et quand ils ont assez mangé, ou s’ils sont dérangés, ils abandonnent la carcasse aux charognards. » Le tonnerre gronde dans le ciel, sans paraître perturber les herbivores de tous poils (à pois, bleutés, à chaussettes blanches) qui broutent paisiblement auprès du lac. Je me dis que la terre, avant sa colonisation par l’homme, devait ressembler à ça. C’est paisible et mystérieux à la fois. Les premières gouttent s’écrasent mollement sur la terre brunâtre, sur nos vêtements, sur les sièges de la jeep. Soudain c’est le déluge. Le conducteur conduit désormais à tombeau ouvert. Pour nous protéger, nous étendons sur nos têtes une couverture qui sent l’éléphant. Le sentier monte et descend abruptement, tourne à 90 degrés, je fais sur mon siège des bonds de 75 centimètres et je ne tarde pas à penser que je suis sur le Goudurix au parc Astérix. parcasterixgoudurix02.jpg

A travers les mailles très laches de la couverture, on voit clair, et on est de plus en plus mouillés. Nous croisons une autre jeep, dont les passagers sont protégés par ces capes imperméables assorties qu’on vend, justement, dans les parcs d’attraction par jour de pluie. Nous sommes maintenant complètement détrempés. La couverture gratte.  La voiture file de plus en plus vite et dérape parfois sur les bas-côtés. Entre deux soubresauts, je me dis qu’il ne s’agirait pas de verser. Mon fils me lance: « A mon avis, les gens avec des ponchos, ça devait être des gens du Taj. »

Peut-être le tigre que nous avions dérangé dans son repas nous guette, à l’abri des sous-bois, mais tout le monde s’en fiche.

(Pour suivre l’actualité des tigres en Inde: http://www.wpsi-india.org/wpsi/index.php)

Mots-clefs :, , , ,

Auteur :Helene Lecuyer

Blogueuse schizophrène qui partage son temps entre l'Asie dans tous ses points cardinaux et les côtes françaises de la Manche, j'habite depuis 7 ans un appartement à Bombay avec 4 hommes dedans, beaucoup de corneilles sur le balcon - parfois un milan majestueux - et des trains en contrebas. Reine du CV "non linéaire", après Sciences-Po Paris, j'ai semé les expériences professionnelles et les enfants à Singapour, en Corée et maintenant en Inde. A Bombay, je blogue, je m'investis dans la vie associative, je "pige" (pour TerraFemina, InaGlobal, ElephantJournal ...) J'aime Bombay la tragi-comique, dans sa grandeur et sa laideur, attachante et révoltante, toujours étonnante et intrigante. Ce blog, c'est pour partager avec toi, lecteur que j'espère fidèle ou du moins régulier, "mon" Bombay, parce que les émotions qui naissent ici sont trop démesurées pour rester contenues à l'intérieur d'un seul corps.

Inscrivez-vous

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

4 Réponses à “1411 tigres en Inde, info ou Intox ?”

  1. Dalou
    28 février 2011 à 20:39 #

    Très drôle comme aventure :)
    Le Taj ca en jette effectivement, mais pour çà il faut en jeter par la fenêtre des roupies :)
    Ah le tigre, ca doit être quelque chose de le voir dans son milieu naturel. Dèjà rien qu’à le voir dans un Zoo je suis impressionné alors dans son milieu naturel c’est sans moi ! lol
    En Thailande, lors de notre trekking dans le nord j’avais la frousse d’en croiser un. Notre guide était armé. En même temps il y a un dicton qui dit que « quand tu croises un tigre dans la nature il est déjà trop tard » lol

  2. 28 février 2011 à 20:46 #

    Ici ils disent que le tigre ne pose aucun danger. L’animal dangereux, qui d’ailleurs tue non loin d’une centaine d’Indiens par an, c’est l’éléphant. Un jour au Sri Lanka on a vu un éléphant saisir une mobylette par la trompe et la fracasser sur le sol à plusieurs reprises. Le propriétaire était à côté, il n’a pas bronché! Nous non plus.

  3. annierita
    2 mars 2011 à 14:18 #

    Oui, effectivement le Taj ça a l’air très bien !! jamais mis les pieds dans un parc, sauf à Bharatpur pour les oiseaux, là , on est sûr d’en voir. Les tigres … le blanc au zoo de Delhi. Mais ma petite fille qui était avec moi a préféré les petits écureuils gris, que l’on voit partout y compris sur ma terrasse.

  4. 5 mars 2011 à 0:35 #

    @ Annierita, oui Bharatpur c’est drôlement bien, j’en garde un très beau souvenir. Le tigre, quand même, c’est mythique :-)

Laisser un commentaire

cyrilleauquebec |
Chemin Rêvant |
It'll all get better in time |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage aux Etats Unis
| Un an au Japon: Une Science...
| Ma vie dans 30 kg