Attention, décollage immédiat

Figurez-vous qu’à Bombay, Bombay Magic connaît une bulgare, mariée à un Sikh punjabi. Je ne sais pas pour vous, et j’ignore s’il s’agit d’une forme de reconnaissance du ventre – ah les yaourts onctueux de mon enfance – mais les bulgares m’ont toujours inspiré une sympathie immédiate.  Sympathie dont Mila n’a jamais démérité. Qui plus est, les beaux-parents de Mila habitent à Chandigarh,  une ville qui m’est chère pour des raisons tout aussi irrationnelles que celles qui m’attirent vers les bulgares.

Après en avoir discuté pendant des années – pas si facile de trouver: la bonne saison, les été sont torrides dans le Punjab; la bonne opportunité professionnelle, les horaires d’avion ne sont pas pratiques du tout et exigent 3 jours minimum; les bonnes âmes pour nous délivrer des gamins le temps de notre escapade – enfin, nous l’avions fixé, ce merveilleux week-end à Chandigarh, du 11 au 13 mars. J’attendais avec impatience de découvrir la villa années soixante de nos amis, façon le Corbusier, dans le secteur 18, un « secteur » verdoyant, calme, parsemé de bungalows vastes et épurés. Et que ça s’annonçait bien. Le beau-père Sikh enturbanné au verbe haut nous avait préparé une présentation power point sur les français. La belle-mère accueillante s’affairait à la cuisine et paraissait être un vrai cordon bleu. Le potager à l’arrière de la maison laissait présager une succession de repas sans pesticides et sans amibes. A l’avant, chaises longues et ombrelles sous la grande pelouse nous promettaient une farniente loin de la clameur des klaxons, de la chaleur excessive, au milieu des fleurs…

Hélas, Bombay Magic, depuis son arrivée, voyait la milky way. Une myriade de points noirs emplissait tout son champ de vision, et c’est fort embarrassée qu’elle demanda à aller consulter un ophtalmo. A Chandigarh, capitale de l’état du Penjab mais aussi de celui de l’Hyriana, ville soigneusement planifiée par Le Corbusier (dont l’héritage serait en ce moment pillé par les galléristes occidentaux, et vendu à bas prix par des fonctionnaires locaux ignorant la valeur de ce qu’ils cèdent), il y a une clinique ophtalmo d’un modernisme décoiffant. Les machines sont flambants neuves, les locaux agréables et climatisés, les médecins consciencieux et compétents semble-t-il, et 2 heures d’examen et 3 euros de frais de consultation plus tard, le verdict tombait: déchirement et décollement de la rétine, et la recommandation de rentrer sur Bombay pour l’opération. La circulation étant là-bas bien plus fluide qu’à Bombay, 1 heure et 50 minutes exactement après avoir quitté le cabinet du médecin, et 5 heures à peine après son arrivée, Bombay Magic redécollait, le ventre bien rempli de son excellent déjeuner mais le portefeuille plus léger car en Inde, acheter un billet d’avion à la dernière minute, ça coûte cher.

Se faire opérer, se faire opérer le lendemain matin, mais où ? Les bulgares élevée dans le communisme sont pleines de ressources. Un coup de fil à son gynécologue plus tard, qui est aussi le mien, le tout était arrangé. Et j’étais admise au Jaslock Hospital de Peddar Rd. Pour les maniaques des opérations au coeur bien accroché, l’opération que j’ai subi c’est celle-ci:

Image de prévisualisation YouTube

sauf que pour moi ça a duré près de 3 heures et que ça ne s’est pas passé comme prévu: complications dont je vous passe le détail. Me voilà donc à « récupérer » dans ma chambrette, par ailleurs tout à fait confortable, avec un personnel au petit soin d’autant plus qu’il est désolé que je sois seule. Car en Inde, l’hospitalisation est une expérience collective (grand souvenir que le visage de la secrétaire de mon mari qui est apparu dans mon champ de vision juste au sortir de la salle d’accouchement, alors que l’enchantement de ma vie n’avait pas une demi-heure d’existence), et de jour comme de nuit, les patients sont entourés d’au moins un membre de leur famille, toujours près à redresser un oreiller, amener un verre d’eau ou aller chercher l’infirmière. Tous les soirs, le garçon de salle déposait donc sur le fauteuil un oreiller et une couverture supplémentaire. Tous les matins, il les ramassait l’expression empreinte de pitié. La diététicienne quant à elle, soucieuse de mon bien-être alimentaire, me concoctait des repas à base de betterave rouge: salade de betterave rouge, betterave râpée, betterave en gratin – un cauchemar de cantine scolaire. En fin de journée, à l’heure des visites, les enfants venaient faire leurs devoirs dans ma chambre sous le regard approbateur des infirmières, on ne rigole pas en Inde avec les études, espoir d’ascenseur social de la classe moyenne. Un soir, sur décision du chirurgien, j’eus même droit à une infirmière de nuit privée. Un peu ronde, toute pimpante sous sa coiffe blanche, elle était d’humeur bavarde et me racontait sa vie (un peu blogueuse, donc) . Sa petite fille de 2 ans qui court partout jusque 3 heures du matin (minuit les bons jours), et qui mange mal. Elle voudrait savoir à quelle heure mes enfants vont au lit. Ses problèmes de poids, depuis son accouchement, et comment elle est un vilain petit canard face à son mari qui est si beau, d’ailleurs il ressemble à Abishek Bachchan. Aussitôt elle me colle sous le nez la photo d’identité d’un brun à lunettes à l’allure de technicien en informatique. Je dois rester muette une seconde de trop, car elle ajoute. « He looks a little dull on this picture maybe ». Mais c’est un mariage d’amour. Elle l’a rencontré pendant qu’elle veillait sur sa mère moribonde. Il vient d’une famille riche, très riche. Il l’a épousée en dépit de l’opposition de sa famille, qui l’a déshérité, il a « signé des papiers pour renoncer à toutes ses propriétés », pour l’amour d’elle. Ressemblance à Abishek ou pas, on nage en plein Bollywood. En tout cas, c’est distrayant. Hélas, elle reçoit aussi des textos jusque tard dans la nuit, sans doute des échanges passionnés avec le sosie d’Abi, et son téléphone n’a pas de mode silence. Aussi, elle ronfle et au réveil, elle rote.

Quatre nuits plus tard, alors que j’espère enfin pouvoir rentrer chez moi, même avec un oeil dans le noir, je vois arriver un jeune homme muni d’une valisette de cuir fatiguée. « Êtes-vous catholique, Hélène ? ». Assez décontenancée, je réponds: « Je suis baptisée, oui. » En un tour de main, le voilà qui sort de son bagage une chasuble, une écharpe et un évangile. Mon dieu, va-t-on m’administrer le dernier sacrement ? Il entreprend alors de me bénir, appelant les grâces de notre père tout puissant sur mon oeil. J’essaie de ne pas pouffer, dès fois que ça vexerait, la-haut.

J’attends, depuis, la réalisation du miracle, que le chirurgien semble espérer lui aussi, puisqu’à chaque consultation, il agite la main vers le ciel en me disant: « Avec l’aide de Dieu…si vous retrouvez la vue de l’oeil droit, ça ne sera rien de moins qu’un miracle. » Et trois fois par jour, à la demande toujours du docteur Patel qui ne néglige aucune piste de guérison, je répète consciencieusement: « Mon oeil droit va très bien, je vois très bien avec mon oeil droit. »

Auteur :Helene Lecuyer

Blogueuse schizophrène qui partage son temps entre l'Asie dans tous ses points cardinaux et les côtes françaises de la Manche, j'habite depuis 7 ans un appartement à Bombay avec 4 hommes dedans, beaucoup de corneilles sur le balcon - parfois un milan majestueux - et des trains en contrebas. Reine du CV "non linéaire", après Sciences-Po Paris, j'ai semé les expériences professionnelles et les enfants à Singapour, en Corée et maintenant en Inde. A Bombay, je blogue, je m'investis dans la vie associative, je "pige" (pour TerraFemina, InaGlobal, ElephantJournal ...) J'aime Bombay la tragi-comique, dans sa grandeur et sa laideur, attachante et révoltante, toujours étonnante et intrigante. Ce blog, c'est pour partager avec toi, lecteur que j'espère fidèle ou du moins régulier, "mon" Bombay, parce que les émotions qui naissent ici sont trop démesurées pour rester contenues à l'intérieur d'un seul corps.

Inscrivez-vous

Abonnez-vous à notre lettre d'informations pour recevoir les nouveautés par e-mail.

14 Réponses à “Attention, décollage immédiat”

  1. Patricia
    13 avril 2011 à 16:17 #

    Depuis le message du 11 mars, je suis passée chaque jour voir s’il y avait des nouvelles
    J’espère que quelqu’un là-haut (ils sont suffisamment nombreux dans la famille des dieux indiens) va s’occuper sérieusement de ce dossier pour que tout revienne à la normale très vite.
    Bon rétablissement !

  2. 13 avril 2011 à 19:16 #

    @Patricia, merci!!!! Très sincerement, je l’espère aussi!!!!!

  3. Dem'
    13 avril 2011 à 20:59 #

    J’espère que tu l’auras ton miracle, et que ton oeil retrouvera la vue.

    Bon rétablissement :)

  4. Cécile de Brest
    14 avril 2011 à 0:14 #

    Moi aussi je suis passée tous les jours voir s’il y avait des news…
    Ma maman a rencontré le même problème il y a deux ans, avec une opération en urgence entre Noël et le jour de l’an.
    Elle a mis plusieurs semaines à récupérer sa vue (pour ne pas dire plusieurs mois, disons que ça a été de l’ordre de trois à quatre mois).
    Je te souhaite un très bon rétablissement !

  5. 14 avril 2011 à 6:23 #

    @Dem merci!
    @Cecile: 3 ou 4 mois ? Ca me va!!!! Merci pour cette info :-) Mais elle avait eu des complications ou ça c’était bien passé ? (J’ai fait une hémorragie importante dans l’oeil et j’ai les membranes qui se sont complétement détachées!)

  6. Christine Valade
    14 avril 2011 à 11:19 #

    Coucou Hélène, ton blog est un puits de connaissances sur la culture de l’Inde… mont petit doigt me dit que cela va m’aider ! mille souhaits de rétablissement !

  7. Cécile de Brest
    14 avril 2011 à 11:40 #

    Non, elle n’avait pas fait de complications. Mais bon, elle a presque 65 ans, je pense que l’âge doit jouer aussi pour la récupération, non ?

  8. M1
    15 avril 2011 à 1:21 #

    Non mais dieu aide parfois les médecins indiens, il adore rendre service : )
    J’espère que ça ira !

    Les galléristes voyagent très loin …

  9. Cyd
    15 avril 2011 à 12:50 #

    Coucou, je viens de lire ce post et espère de tout coeur que tout va bien. T’es trop forte, quand même, de nous faire rire après un épisode aussi lourd ! Merci !

  10. Bulles d'infos
    15 avril 2011 à 15:59 #

    J’étais ravie de découvrir ton nouveau billet mais désolée d’en lire le contenu. Comme Cyd je suis épatée par ton humour face à cette situation. De tout c?ur avec toi.

  11. 15 avril 2011 à 21:32 #

    @M1: le probleme c’est qu’il a ete vachement mobilise par la coupe du monde de cricket, 1,2 milliards d’Indiens qui priaient pour la victoire de l’Inde, ca noyait un peu ma requete a moi …..
    @Cyd, Bulles d’Infos: merci pour les bons voeux. De toutes les facons, mieux vaut en rigoler qu’en pleurer!

  12. annierita
    24 avril 2011 à 23:07 #

    Il y a bien longtemps que je n’étais venue, je suppose qu’il n’y a rien de nouveau, je souhaite que ça se rétablisse et que tu récupères ton oeil. Est ce que tu souffres ? de tout coeur moi aussi, avec toi.

  13. Dalou
    28 avril 2011 à 20:13 #

    Bon rétablissement Bombay Magic. J’ai beaucoup pensé que tout se déroule bien pour toi. Et que tu retrouves une merveilleuse vue :) Le docteur Patel n’a pas tout a fait tord avec sa recommandation de 3 fois par jour. L’esprit et le corps sont liés et s’entraident. Car moi même j’en ai fait l’expérience avec des douleurs occulaires récurrentes dues à un strabisme léger que je règle avec des séances d’orthoptie :)

  14. 29 avril 2011 à 19:38 #

    @Dalou: merci! Mais bon, j’ai change de chirurgien! Il etait bien gentil le docteur patel mais grace a sa methode on y croit mais on n’agit pas, j’ai perdu le cristallin et refait un decollement de retine dans le mois! Maintenant, j’ai un dieu tamoul du bistouri, qui croit a fond a la pensee positive aussi mais qui y adjoint l’action aussi!!!!

Laisser un commentaire

cyrilleauquebec |
Chemin Rêvant |
It'll all get better in time |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage aux Etats Unis
| Un an au Japon: Une Science...
| Ma vie dans 30 kg