1,2 milliard d’Indiens, Dieu(x) et moi, et moi, et moi ….

Difficile de vivre en Inde en échappant à Dieu, quel que soit son nom. A ses temples. A ses processions. A ses fidèles. Il est partout, sur toutes les lèvres, dans toutes les prières. Si Dieu le veut. Avec l’aide de Dieu. Dieu est grand. (Lors des terribles attentats de novembre 2008, alors que j’attendais, j’espérais des nouvelles d’un couple d’amis, ma bonne Anita me répétait sans cesse: « God is Great ». Puis vint le jour où l’on apprit que c’était fini, qu’on ne les reverrait pas. Je suppose que Dieu était toujours grand, mais sa grandeur serait maintenant d’aider tous ceux en deuil. Depuis, lorsqu’on me dit: « Dieu est Grand », j’ai toujours un soupçon de méfiance). Ce matin, dans le journal, on apprend le retour chez lui sain et sauf du petit Karnit, 5 ans, qui avait été kidnappé le 6 avril par le propriétaire de la pâtisserie du quartier en échange d’une demande de rançon d’1 crore (170,000 euros environ). Des centaines de femmes ont alors brisé le jeûne qu’elles avaient entamé il y a 13 jours pour son retour. Convaincues que c’est leur action spirituelle qui a permis de retrouver l’enfant. Il y a eu aussi, bien sûr, la victoire de l’Inde lors de la coupe du monde de cricket. La grande plaisanterie avant le match, c’était que sûrement Dieu favoriserait les Indiens par simple calcul rationnel: mieux vaut décevoir 20 millions de Sri Lankais que 1,2 milliard d’indiens. Tous les partis politiques se fendaient d’ailleurs de Puja, les imams priaient à la mosquée.  

cricketcartoon.bmp

Merci à Hemant Morparia pour le prêt du dessin

Donc, fallait-il m’étonner lorsque, venue en consultation à l’Aditya Jyot Eye Hospital pour une seconde opinion, la réceptionniste me pourchassait jusqu’ à l’étage supérieur: « Madame, madame, vous n’avez pas indiqué votre religion sur le formulaire. » Après 2h30 d’examens divers – qui m’amenèrent à la conclusion que j’étais décidément plus grande que le patient moyen de l’hôpital, puisque je devais à chaque fois courber la colonne vertébrale pour pouvoir poser mon menton sur le repose-menton tout en ayant les fesses sur le tabouret – j’arrivai enfin dans la salle de consultation du grand ponte, le tamoul aux 10000 opérations de la rétine, Dieu lui-même en son hôpital et d’ailleurs on ôte ses chaussures avant de le rencontrer, comme au temple. Je ne suis pas seule, loin de là, à venir remettre mes espoirs entre ses mains qu’on dit fort habiles. Il reçoit 3 patients à la fois, et comme les patients indiens viennent toujours en consultations en famille, nous sommes une petite dizaine, 3 femmes en burqa, une famille parsi – je dis ça à vue de nez, au sens propre – et moi-même, à attendre sa bonne parole. Il y a aussi 2 assistantes et 3 médecins qui volettent autour de lui, dossiers médicaux en main.

Ah! C’est mon tour. Il m’indique, comme je l’avais déjà compris, que ma rétine est redécollée, et qu’il va falloir réopérer. Je lui dis que j’ai un peu peur, étant donné que la première fois, l’opération ne s’est pas vraiment bien passée. Il me demande alors: « Hélène, crois-tu en Dieu ? ». Croire, croire, c’est fort, comme mot. A vrai dire, je ne sais pas trop. « A quoi crois-tu dans la vie ? ». C’est que j’étais venue pour discuter de ma rétine, et là, il me balance des questions philosophiques, je ne suis pas préparée. « Je ne sais pas. » « Voyons, tu dois bien croire en quelque chose. » Sa voix se fait insistante: « A quoi crois-tu ? » Bombay Magic est lamentable. Bombay Magic bafouille: « heu …. à la chance ? au hasard ? au destin ? ». Ma consultation est déjà terminée, il me fourre une brochure dans la main: « Lis-ça, c’est moi qui l’ai écrit pour mes patients. Quoique tu décides, tu dois avoir foi dans ta décision, d’accord ? ». Je suis escamotée par une assistante qui m’assoit dans le fauteuil près de la sortie, celui réservée à la lecture, visiblement. La brochure s’appelle: « Pensées posititves et prières. Mantra pour guérir le patient. » « La foi ne peut être que totale et entière. La foi existe à 100%. Quand la foi est là, il existe 0% de place pour la peur, c’est mathématique. »

Le soir, sous la douche – un lieu propice à la réflexion – je me fais la remarque que mon manque de spiritualité, en Inde, peut probablement s’assimiler à une amputation. Il me manque un bras, ou un oeil, en l’occurence. En quoi je crois ? Faut-il croire pour mériter son statut d’être humain à part entière ? Je crois que je ne comprends pas tout, que j’ignore beaucoup. Je crois en la tolérance. Je crois au bien – mais aussi au mal. Je crois à l’équilibre. Je crois qu’il n’y a pas toujours un coupable, un responsable. Je crois qu’on ne peut changer le passé et qu’on ne connait pas l’avenir, donc qu’il faut vivre au mieux le présent. Je crois à l’acceptation. Je crois à la relativisation. Je crois que je peux, toujours, à tout moment, me tromper. Je crois que tout n’a pas besoin d’avoir du sens. Je crois à l’absurdité. Par dessus tout je crois que ce qui compte, c’est le regard qu’on porte sur les autres et la vie.

Le lendemain matin, retour à l’hopital pour les examens pré-hospitalisation. Ma route croise celle du ponte, dans l’entrée. Je transpire déjà, mais je me sens prête, cette fois-ci, pour notre discussion. « Bonjour Hélène, alors, tu t’es décidée ? Je t’opère samedi. » « Oui, c’est ça. J’ai foi en vous, d’accord ? ». Il me tapote l’épaule. « C’est bien, ne t’inquiète pas. Dis-moi, pour sortir le soir à Bombay, c’est quoi ton lieu favori ? »

J’ouvre et je referme 3 fois la bouche, comme un poisson. Cette question là, je ne l’avais pas révisée.

Auteur :Helene Lecuyer

Blogueuse schizophrène qui partage son temps entre l'Asie dans tous ses points cardinaux et les côtes françaises de la Manche, j'habite depuis 7 ans un appartement à Bombay avec 4 hommes dedans, beaucoup de corneilles sur le balcon - parfois un milan majestueux - et des trains en contrebas. Reine du CV "non linéaire", après Sciences-Po Paris, j'ai semé les expériences professionnelles et les enfants à Singapour, en Corée et maintenant en Inde. A Bombay, je blogue, je m'investis dans la vie associative, je "pige" (pour TerraFemina, InaGlobal, ElephantJournal ...) J'aime Bombay la tragi-comique, dans sa grandeur et sa laideur, attachante et révoltante, toujours étonnante et intrigante. Ce blog, c'est pour partager avec toi, lecteur que j'espère fidèle ou du moins régulier, "mon" Bombay, parce que les émotions qui naissent ici sont trop démesurées pour rester contenues à l'intérieur d'un seul corps.

Inscrivez-vous

Abonnez-vous à notre lettre d'informations pour recevoir les nouveautés par e-mail.

10 Réponses à “1,2 milliard d’Indiens, Dieu(x) et moi, et moi, et moi ….”

  1. Cyd
    22 avril 2011 à 22:10 #

    Bon, bah, pensées positives pour samedi.

  2. M1
    24 avril 2011 à 13:36 #

    Ça pour une colle, il t’en as posé une : ) bon, t’as marché? juste pour que ton opération se passe bien (et sans trop compter sur l’aide de dieu…)
    Je me demande si en Inde, on a le choix de croire en dieu, ou pas !
    Moi j’aurais parié sur une victoire des Sri-Lankais, dieu a généralement un grand sens de l’humour …
    Je te souhaite un prompt rétablissement !

  3. 24 avril 2011 à 15:05 #

    @M1, quand ils m’ont emmené en salle d’opération, les hauts-parleurs diffusaient de la musique religieuse indienne (tu sais façon ommmmmm et tout le tralala). Comme j’ai été opérée sous anesthésie locale avec sédatif, ça a donné un effet assez planant je dois dire …. et l’opération est un vrai succès cette fois-ci!!!Je crois que je vais finir par faire un stage dans un ashram. Non, en Inde, tu peux croire au dieu que tu veux, mais il faut que tu crois en un dieu… Le sécularisme de la société européenne est complètement incompréhensible ici…. (J’imagine un peu au quinze-vingt les opérations se déroulant au son d’allelulia et jesue reviens parmi les tiens, ça serait assez folklo!). En revanche, grosse différence entre les indiens et nous, nous ont croit pour se coltiner la culpabilité chrétienne, eux ils croient pour se sentir bien dans leur peau… (pensée positive etc)
    @Cyd, merci!

  4. Dem
    25 avril 2011 à 0:01 #

    Je suis très contente que l’opération ait été un succès! Je l’ai presque senti que tu ne resterai pas borgne… :)

  5. 25 avril 2011 à 9:52 #

    @Dem: merci!!!! Mon objectif c’est maintenant, voir en couleurs, voir net, et retrouver la vision de lecture !!!! Mais bon, distinguer le sourire de mon fils 2 jours apres l’operation c’est deja enorme!

  6. Marie
    25 avril 2011 à 15:00 #

    tout un art de vivre et de penser, si différent de chez nous…
    Bon courage pour l’intervention,… et pour la discu du dîner ?

  7. Bulles d'infos
    25 avril 2011 à 23:15 #

    En lisant ton texte j’ai d’abord pensé que ça m’irriterait de me retrouver ainsi face à ces questionnements sur ma supposée religion : intrusion dans la vie personnelle, prosélytisme de bas étage etc.
    Puis je me suis souvenue que la médecine indienne fonctionne sur des bases différentes de la médecine occidentale. J’aime bien ce que t’as dit ce médecin : avoir foi en ta décision. Il ne s’agit pas de croire bêtement comme à une formule magique mais j’aime bien l’idée que le patient puisse aussi être acteur de sa guérison. Que tout ne repose pas sur les épaules des pontes. J’aime l’idée qu’on puisse avoir une influence si on y croit. C’est peut-être naïf mais j’aime croire à cette force de l’esprit. Et ça n’a pas grand chose à voir avec dieu.

  8. 26 avril 2011 à 8:34 #

    @Merci Marie
    @Bulles d’info: ce sont ces fameuses energies auxquelles mon chirurgien croit dur comme fer. L’operation a peine terminee, je lui demandais: « c’est vrai ? ca a marche ? Il n’y a pas eu d’hemmo.. » « Chut! Helene! Qu’est ce que je t’ai dit! On ne prononce pas de mots negatifs! » Ca m’enervait beaucoup avec le premier chirurgien, mais celui la, qui a dieu dans les doigts visiblement, je l’accompagne au temple s’il veut et je lui baise les pieds (il m’a opere avec grand succes alors que c’etait loin d’etre gagne)

  9. Papiro
    3 mai 2011 à 0:01 #

    La spiritualité au sens large doit favoriser les interactions psychosomatiques!alors,dans la situation actuelle, je m’y plonge avec toi, comme si les pensées conjuguées de tous ceux qui t’aiment te transportaient au-delà de toute espérance par rapport à la médecine et…surtout la bonne nature.
    En tout cas bravo pour ton tonus et ton humour !
    Bisous de Thérèse et de moi,
    avec des pensées qui… peuvent être interprétées comme des prières partagées!?
    Papiro

  10. 3 mai 2011 à 6:21 #

    @Merci Papiro! Tu m’epateras toujours!

Laisser un commentaire

cyrilleauquebec |
Chemin Rêvant |
It'll all get better in time |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage aux Etats Unis
| Un an au Japon: Une Science...
| Ma vie dans 30 kg