24 heures de leurs vies (6)

apnavi3.jpgApnavi Thacker est née en Inde, de parents indiens, et a grandi en Suisse. Personnellement, je ne peux imaginer de plus grand écart. Peut-être est-ce à cette enfance quasi schizophrénique qu’Apnavi doit ses contradictions. Une adolescence rebelle durant laquelle elle affirme son goût pour l’art en taguant les rues tranquilles de Genève. Un retour à Bombay à l’age adulte (qu’elle prétend pourtant n’avoir jamais atteint) marqué par l’angoisse que fait naitre en elle l’anarchie de la ville.

Apnavi expose en Inde ou à New-York, mais elle aime encore se joindre à un groupe de taggueurs, participer aux premiers projets de graffitis le long de Tulsi Road à Bombay. D’ailleurs, découvrant depuis mon balcon la vue imprenable sur la gare, elle s’exclame que ça fait bien longtemps qu’elle ne s’est pas fait un train et que ça lui manque. Tout en agitant, songeuse: « Mais je ne sais pas trop comment le tag est perçu par la loi, ici, et ce qu’on encourt si on se fait prendre. »

Un de ses toutes dernières manies, parcourir la ville en collant des autocollants qu’elle a créés. « Mais c’est tellement sale, que la plupart du temps ils se décollent aussitôt sans adhérer! Tu te rends compte ?! « 

Pour passer une journée avec Apanvi, cliquez ici.

Mots-clefs :, ,

Auteur :Helene Lecuyer

Blogueuse schizophrène qui partage son temps entre l'Asie dans tous ses points cardinaux et les côtes françaises de la Manche, j'habite depuis 7 ans un appartement à Bombay avec 4 hommes dedans, beaucoup de corneilles sur le balcon - parfois un milan majestueux - et des trains en contrebas. Reine du CV "non linéaire", après Sciences-Po Paris, j'ai semé les expériences professionnelles et les enfants à Singapour, en Corée et maintenant en Inde. A Bombay, je blogue, je m'investis dans la vie associative, je "pige" (pour TerraFemina, InaGlobal, ElephantJournal ...) J'aime Bombay la tragi-comique, dans sa grandeur et sa laideur, attachante et révoltante, toujours étonnante et intrigante. Ce blog, c'est pour partager avec toi, lecteur que j'espère fidèle ou du moins régulier, "mon" Bombay, parce que les émotions qui naissent ici sont trop démesurées pour rester contenues à l'intérieur d'un seul corps.

6 Réponses à “24 heures de leurs vies (6)”

  1. M1
    24 août 2011 à 1:22 #

    Sympa ce portrait, on devine qu’elle déborde d’énergie !
    « Parcourir la ville en collant »? huhuhu ^^

  2. Demet
    24 août 2011 à 14:04 #

    un personne très intéressantes, pleine de paradoxes, j’aime ça!

  3. 26 août 2011 à 6:45 #

    @M1: ici personne ne met de collant, même les américaines (que j’ai pourtant connues en collant dans des « tea parties » à Singapour)!!! Insupportable ….
    @Demet: en plus son travail est très chouette

  4. TB
    26 août 2011 à 10:33 #

    Bonjour,
    Merci pour les articles/rencontres toujours écrites avec beaucoup de style.
    N’y a t il pas un blog/site/lien ou l’on peut voir son travail?
    Les streets artistes ( au sens occidental) sont plutôt rare en Inde, je suis trés curieux de voir ce que fait Apnavi.
    Grandir/graffer en Europe avec tout ce que cela implique et revenir en Inde pour continuer à le faire doit donner un résultat trés sympas!

    Merci d’avance

  5. 26 août 2011 à 11:34 #

    @ TB. Tu es sur Bombay ? Je viens de voir qu’elle participe à une expo en ce moment. Children at work – Mumbai Art Room, Pipewala Building, back gate, opposite Navy Children School -Fourth Pasta Lane, Colaba
    opening on thursday 25 6 to 8.
    Essaie ça sinon: http://www.mezzeart.com/artists/portfolio.php?id=23 ou encore celui ci http://www.artslant.com/global/artists/show/141738-apnavi-thacker

  6. TB
    31 août 2011 à 16:24 #

    @Helene : Non sur Bangalore.
    Merci pour les liens :)

Laisser un commentaire

cyrilleauquebec |
Chemin Rêvant |
It'll all get better in time |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage aux Etats Unis
| Un an au Japon: Une Science...
| Ma vie dans 30 kg