Il pleut, il baigne, c’est la fête à la corneille

mousson11.jpgJ’ai encore à rencontrer un Indien qui n’aime pas la mousson.

Les premières pluies arrivent en général en déluge vers la mi-juin, rafraîchissant aussitôt l’atmosphère oppressante mais désorganisant la ville en quelques heures à peine. Embouteillages monstres, rues inondées, trains à l’arrêt, tout se passe toujours comme-ci c’était la première fois. Bombay n’est « pas prête ». Bombay ne semble jamais prête. Ce qui n’empêche pas ses habitants, et surtout les enfants, de sortir en riant sous les premières pluies depuis 8 mois.

Il fut un temps où Bombay Magic emmenait ses cliques, ses claques, ses 3 enfants si possible sans baffes sur la côte d’opale dès le début de la mousson, et jusqu’à ses dernières gouttes … D’autres calendriers la font désormais revenir à « mi-mousson ». Et j’ai appris à l’apprécier. Une mousson abondante, c’est la satisfaction de savoir que la ville ne manquera pas d’eau cet hiver. Les journaux annoncent triomphalement le nom des réservoirs qui ont débordé, on les compte de semaines en semaines. A la mi-mousson, la BMC (la ville de Bombay) nous a déjà promis une année sans restriction.

La mousson, c’est la température clémente, qui dépasse rarement les 27 ou 28 degrés, le tout agrémenté de vents parfois vigoureux qui font claquer les portes-fenêtres et nous font frissonner. C’est normal que l’eau ne soit pas très chaude, m’explique le plombier que je viens d’appeler pour le chauffe-eau, c’est la saison froide. La mousson, ce sont les départs anticipés du bureau, voire les journées passées à travailler depuis la maison, parce que les trains ne marchent pas, ou les routes sont inondées. La mousson, c’est la vue sur un champ de courses où s’étalent les mares, me convainquant aussitôt que ce n’est pas encore le moment d’entreprendre ce jogging matinal que j’ai en projet. La mousson, ce sont les pigeons et corneilles pitoyables et détrempés qui s’agglutinent et s’ébouriffent sur mes appui-fenêtres sans que j’ai le coeur à les chasser. La mousson, ce sont ces bâches de fortune tendues grâce à quelques piquets au-dessus des corps sur la plage de Chowpatty, ou sur les trottoirs de la gare Mahalaxmi, et l’on ne sait si ces campements accentuent ou adoucissent la misère de ceux qui dorment d’habitude à l’air libre.

La mousson, c’est s’endormir dans une petite odeur d’humidité, parce que les draps ont mis trop longtemps à sécher.

La mousson, c’est aussi une certaine claustrophobie quand la pluie tombe si drue que depuis le 18ème étage, je distingue à peine la rambarde du balcon par les fenêtres. Alors, j’ai l’impression d’être un poisson dans son bocal et j’ouvre la bouche dans l’espoir d’aspirer un peu d’oxygène. La mousson, c’est la peinture qui se craquelle sur les murs, une petite moisissure blanche qui se développe sur les meubles (on a passé une journée à frotter avec la cuisinière pour tout ravoir avant votre retour, m’annonce fièrement la femme de ménage). C’est le copain qui décommande la « playdate », me laissant avec 3 fauves rugissants que l’abus de X-box et de télé rendent surexcités.

- Quand même, il habite à 10 minutes. Ils auraient pu l’envoyer, me désolè-je tandis que les 2 plus jeunes entament une course poursuite en hurlant autour de la table basse.

- Tu oublies qu’à Bombay, quand il pleut, avec les « water clogging », tout peut déraper très vite, me rappelle l’Homme. Souviens-toi des inondations de 2005, certains automobilistes sont morts dans leurs voitures.

 

mousson8.jpg

Remarquez l’annotation du mystérieux vendeur de beanbags.

mousson3.jpg

mousson5.jpg

L’employé de la ville fait le piquet à côté d’une bouche d’égout, pour éviter qu’un passant y soit emporté.

Moi j’évite comme la peste les zones inondées. D’ailleurs, tout le monde sait qu’on peut y attraper la leptospirose. C’est pour ça que je désinfecte toujours les pieds de toute la famille au Dettol, quand il a fallu patauger. C’est pour ça aussi que j’achète des chaussures fermées spéciales mousson, qui seront bonnes à jeter à l’arrivée de la saison sèche. C’est mon chauffeur qui m’en avait donné l’idée.

Levant le pied depuis l’embrayage, il m’avait dit: « Vous avez vu, madame, ce sont les chaussures que je me suis achetées pour la mousson. Des Batas. Vous avez remarqué aussi mon nouveau pantalon ? C’est monsieur qui me l’a donné. » Il s’était caressé la cuisse avec satisfaction, avant d’ajouter dans un soupir: « Il est vraiment doux ». Le syndrome Raymond, sans doute.

mousson10.jpg

 Je rends le crédit de toutes ces photos à leurs auteurs, dont je n’ai pas retrouvé les noms dans le flot d’images du net.

Auteur :Helene Lecuyer

Blogueuse schizophrène qui partage son temps entre l'Asie dans tous ses points cardinaux et les côtes françaises de la Manche, j'habite depuis 7 ans un appartement à Bombay avec 4 hommes dedans, beaucoup de corneilles sur le balcon - parfois un milan majestueux - et des trains en contrebas. Reine du CV "non linéaire", après Sciences-Po Paris, j'ai semé les expériences professionnelles et les enfants à Singapour, en Corée et maintenant en Inde. A Bombay, je blogue, je m'investis dans la vie associative, je "pige" (pour TerraFemina, InaGlobal, ElephantJournal ...) J'aime Bombay la tragi-comique, dans sa grandeur et sa laideur, attachante et révoltante, toujours étonnante et intrigante. Ce blog, c'est pour partager avec toi, lecteur que j'espère fidèle ou du moins régulier, "mon" Bombay, parce que les émotions qui naissent ici sont trop démesurées pour rester contenues à l'intérieur d'un seul corps.

Inscrivez-vous

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

9 Réponses à “Il pleut, il baigne, c’est la fête à la corneille”

  1. M1
    30 août 2011 à 1:37 #

    Dis-donc, un jet ski serait très pratique à Bombay ^^

  2. Demet
    30 août 2011 à 5:47 #

    Difficile de croire qu’il pleut des cordes en Inde! Je n’arrivais pas à me rendre compte de la « gravité » de la chose quand mes correspondants et amis Indiens me disaient: yaar it’s raining heavily here because of monsoon. Maintenant je comprends mieux!

  3. 30 août 2011 à 9:46 #

    @M1: super idée! Je n’y avais jamais pensé!
    @Demet: il faut reconnaitre que parfois la mousson a bon dos aussi… Mais c’est vrai que lorsqu’il pleut beaucoup d’un coup, comme hier, 24cm en une journée, ça pose des problèmes, particulièrement en raison des réseaux d’évacuation mal nettoyés et des trous dans les routes… Sans compter que j’ai failli me casser la figure sur le sol en marbre ce matin en allant réveiller mon fils, toute l’humidité s’était condensée pendant la nuit et le sol était hyper glissant. Le marbre, c’est peut-être chic, mais je déconseille!

  4. Patricia
    30 août 2011 à 14:31 #

    Il pleut encore autant en ce moment ?? Je pensais que la mousson était presque terminée moi.
    J’ai souri en imaginant un embouteillage de jet skis dans les rues de Bombay. Sinon, il faut se mettre au sport très tendance du moment : le stand-up paddle. Ou comment allier le sport au transport ;-)

  5. Demet
    31 août 2011 à 22:04 #

    (Le marbre c’est beau, mais ça glisse aussi par temps sec! Cette dalle à Istanbul et mon coccyx s’en souviennent encore… Ouille…)

  6. Bulles d'infos
    3 septembre 2011 à 19:01 #

    Mumm cette petite humidité latente… finalement la mousson c’est comme être embarqué sur un bateau, se faire rincer toute la journée et dormir dans des bras mouillés ;-)

  7. 5 septembre 2011 à 6:56 #

    @Bulles, hello, sympa de te revoir par ici. Pour les bras mouillés, figure-toi que j’ai croisé Raymond hier dans mon ascenseur, ça m’a fait un choc. En costume, joues ombrées par la barbe naissante de fin de journée, il avait pris la pluie visiblement et des gouttelettes s’attardaient dans ses cheveux et sur le revers de son costume. J’ai failli lever la main pour les balayer du revers de veste, comme dans la pub. Je crois que je vais suggérer cette scenette à son agence de pub.

  8. Dalou
    7 septembre 2011 à 17:23 #

    Impressionnantes photos !!! :D
    Quelle zénitude dans ce « délicieux » Chaos ! :)
    Aaaah la mousson :) , il faut savoir apprécier ses bon côtés. J’adore cette période de l’année, sauf pour les moustiques quand même lol

  9. Marie
    11 septembre 2011 à 18:38 #

    j’ai vu grosses pluies en Afrique, mais là, j’avoue, c’est impressionnant !!!

Laisser un commentaire

cyrilleauquebec |
Chemin Rêvant |
It'll all get better in time |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage aux Etats Unis
| Un an au Japon: Une Science...
| Ma vie dans 30 kg