Horn OK Please

Son uniforme marron est étriqué, et puis, lui-même est trop grand. Il ne peut se déplier dans l’habitacle au plafond bas, et conduit le dos courbé, les épaules rentrées. Pas très ergonomique tout ça. Il va avoir des douleurs chroniques. Ses épaules larges , sa nuque épaisse remplissent tout mon champ de vision. Il s’est coupé les cheveux à hauteur des oreilles, ou plus exactement, au-dessus. L’hémisphère sud de son crane est à nu. Je me demande si c’est dans l’espoir vain de se rapetisser, ou si c’est pour lutter contre la transpiration.

Moi, en tout cas, je sue à grosses gouttes. Ce mois de novembre est anormalement chaud. C’est parce qu’il a neigé en octobre à New-York, m’a annoncé une amie à qui je m’en plaignais. C’est peut-une impression, mais de partager l’espace confiné du taxi forcément brinquebalant avec ce chauffeur gigantesque, j’ai encore plus chaud.

L’esprit engourdi, je me demande vaguement s’il est du Bihar ou de l’Uttar Pradesh. Car on dit que la majorité des chauffeurs de taxi viennent de l’Inde du Nord. En tout cas, c’est ce que semblent penser les militants du MNS ou du Shiv Sena (deux partis frères ennemis, d’ailleurs dirigés par deux cousins, défendant l’idée du Maharashtra aux Maharashtriens, et d’une manière générale adeptes de techniques gros bras fascisantes), lorsqu’à intervalles réguliers ils endommagent à coups de jets de pierres les taxis et passent à tabac leurs conducteurs. Ce serait pour cette raison que beaucoup de chauffeurs connaissent mal la ville et qu’ils ne parlent pas un mot d’anglais – parce que c’est impossible de grandir à Bombay s’en apprendre un minimum d’anglais.

Ce qui est sûr, en tout cas, c’est que mon doux géant n’est pas propriétaire de son véhicule. Il porte l’uniforme marron qui indique au passager qu’il est dans un taxi loué. Seuls les propriétaires ont le droit de porter un uniforme blanc pour exercer leur métier, et dans mon quartier, en tout cas, on n’en voit presque jamais.

Il faut dire que pour acheter un taxi, en plus du coût du véhicule, il faut débourser environ 1 lakh  (1600 euros) pour avoir la licence. Celui qui a les moyens de faire un tel investissement a plutôt intérêt à louer son véhicule (300 roupies par jour, soit 5 euros) et à se consacrer à des activités plus lucratives. De plus, depuis une loi controversée de janvier 2010, seules les personnes pouvant justifier de 15 années de domiciliation consécutives à Bombay, et lisant et écrivant le Marathi auront accès aux 4000  licences supplémentaires délivrées chaque année. Autrement dit, les immigrés du Nord de l’Inde, venus à Bombay précisément dans l’optique de devenir chauffeurs de taxi n’ont que l’option de louer leur véhicule, voyant leurs gains amputés par le coût de la location et les amendes des policiers qui ont la réputation d’arrondir leurs fins de mois en guettant les infractions des chauffeurs.

Pendant ce temps, en Uttar Pradesh, la campagne électorale pour les prochaines legislatives vient de démarrer. Le parti du congrès de Sonya Gandhi espère bien reprendre l’Etat à Mayawati, (la flamboyante femme intouchable qui dirige l’UP depuis 2007, et y sème ses statues). Il a envoyé en porte flambeau le fils de Sonya, Rahul, qui vient de faire une entrée en campagne aussi fracassante que maladroite en demandant aux habitants de l’UP combien de temps encore ils avaient l’intention de mendier dans le Maharashtra. Ce à quoi Mayawati a aussitôt rétorqué que les habitants de l’UP qui émigraient étaient de durs travailleurs et contribuaient à changer la face des autres états indiens.

Ce qui est sûr, en tout cas, c’est qu’ici, ils me font bien souvent changer de quartier.

Cher lecteur, avant que toi aussi tu ne disparaisses dans d’autres cyberspaces, regarde ce court film d’animation absolument génial que Dieu net a bien voulu mettre sur mon chemin. Tout y est, les pannes, Marine Drive, les eunuques au feu rouge, les policiers véreux, les touristes américains effrayés et qui payent trop. Ne manquent que la chaleur, le vent qui emmêle les cheveux et le niveau sonore pour que tu ne te crois à Bombay !

Image de prévisualisation YouTube

 

Et pour ceux qui veulent toujours plus, le blog d’un ancien chauffeur de taxi à LA qui enregistre ses conversations avec les chauffeurs de taxi de Bombay, très intéressant. Pour les fans des jeux vidéos, une des nombreuses versions du jeu Bombay Taxi. Enfin, une courte vidéo, que je vous recommande vivement, dans laquelle un chauffeur de taxi exprime sa vision sur les problèmes d’accès à l’eau en Inde et particulièrement à Bombay. Tellement juste ….

Image de prévisualisation YouTube

Auteur :Helene Lecuyer

Blogueuse schizophrène qui partage son temps entre l'Asie dans tous ses points cardinaux et les côtes françaises de la Manche, j'habite depuis 7 ans un appartement à Bombay avec 4 hommes dedans, beaucoup de corneilles sur le balcon - parfois un milan majestueux - et des trains en contrebas. Reine du CV "non linéaire", après Sciences-Po Paris, j'ai semé les expériences professionnelles et les enfants à Singapour, en Corée et maintenant en Inde. A Bombay, je blogue, je m'investis dans la vie associative, je "pige" (pour TerraFemina, InaGlobal, ElephantJournal ...) J'aime Bombay la tragi-comique, dans sa grandeur et sa laideur, attachante et révoltante, toujours étonnante et intrigante. Ce blog, c'est pour partager avec toi, lecteur que j'espère fidèle ou du moins régulier, "mon" Bombay, parce que les émotions qui naissent ici sont trop démesurées pour rester contenues à l'intérieur d'un seul corps.

Inscrivez-vous

Abonnez-vous à notre lettre d'informations pour recevoir les nouveautés par e-mail.

Une réponse à “Horn OK Please”

  1. Mendhak
    17 novembre 2011 à 14:25 #

    Pas encore de commentaire alors j’en laisse un ;)
    Ces vidéos sont sensationnelles ! Bravo pour les avoir dénichées sur le net !
    En tous les cas, on n’a toujours pas de nouvelle de la mère de Rahul…

Laisser un commentaire

cyrilleauquebec |
Chemin Rêvant |
It'll all get better in time |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage aux Etats Unis
| Un an au Japon: Une Science...
| Ma vie dans 30 kg