Le tourisme sauvera-t-il les tigres en Inde ?

Personnellement, je n’ai jamais vu de tigres en Inde, si on excepte la peluche rayée de l’enchantement de mes jours, et les tigres blancs du zoo de Bhubaneswhar, en Orissa.

En revanche, j’ai recueilli de nombreux témoignages, plus ou moins fiables, d’individus qui disent avoir croisé la route de notre majestueux félin. Un groupe d’anglais très éméchés, dans la Permit room d’un lodge de Corbett National Park m’a juré, sur le haut de bikini de Kate Middleton, avoir vu un tigre traverser à la nage la rivière en contrebas de notre camp de tentes. Mon frère est rentré surexcité de son safari à Bandhavghar: il avait pu approcher pas moins de sept tigres, tigresses et tigrous à moins de 30 mètres, un signe de bénédiction divine qui lui avait valu d’avoir les pieds baisés par son guide. J’ai également rencontré récemment un inspecteur des impôts jovial et hilare, qui m’a exhorté à me rendre au plus vite à Satpuda dans le Madhya Pradesh « si je voulais être sure de voir des tigres », car une vingtaine de bébés y seraient nés cette année. Il riait à gorge déployée sous sa moustache tandis qu’il épelait pour moi le nom de la réserve, et je ne sais pas si c’était l’idée qu’un inspecteur des impôts se fait d’une bonne blague, car j’ai beau avoir googlé à m’en desquamer les bouts de doigts, je n’ai trouvé nulle part mention de ces naissances miraculeuses.

Il y aurait pourtant près 1700 tigres en Inde répartis sur une quarantaine de réserves selon le « National Tiger Conservation Authority » et la population serait en augmentation par rapport au recensement de 2007. Il faut emmener tes enfants voir les tigres, ajoutait la femme du contrôleur des impôts, quand ils auront atteint l’âge adulte il sera trop tard, les tigres auront déjà disparu. Un avis que partage la Cour Suprême, qui le 24 juillet dernier, prenait une décision très controversée pour freiner cette extinction annoncée: l’interdiction du tourisme dans le coeur des réserves indiennes. Les pourtours de la réserve nous seraient encore accessibles, mais pour des parcs comme Ranthambore ou Pench, celà signifierait tout bonnement la fin du tourisme.

La raison de cette décision ? Le tourisme dérange les tigres dans leur habitat naturel. L’intérêt croissant des touristes indiens comme étrangers ont encouragé la construction d’hôtels à l’intérieur même des réserves, sans qu’une gestion des déchets et de l’approvisionnement en énergie ne soit mise en place dans le respect des normes environnementales. Et le nombre de jeeps sillonnant les parcs a augmenté de manière exponentielle, en dépit des réglementations.

Mais depuis, c’est la levée de boucliers, et cette fois, les militants écologiques et les professionnels du tourisme sont d’accord: interdire le tourisme dans les réserves, c’est signer l’arrêt de mort du tigre. En effet, la présence des touristes décourage celle des braconniers. Les guides, dans de nombreuses réserves, organisent des patrouilles 24h sur 24 afin de préserver « leurs » tigres bien vivants, car c’est ce que veulent les touristes sur leurs photos-souvenirs: des tigres vivants, pas empaillés! Une fois le tourisme interdit, les réserves deviendraient un self-service pour les braconniers, aidés en cela que dans un élan de zèle, même les équipes de scientifiques ont été expulsées des réserves.

Mais surtout, cette interdiction, si elle est maintenue, provoquera l’effondrement de pans entiers de l’économie locale – dans certaines régions, de la seule économie locale. Avec le risque que les villageois sans travail se tournent vers la contrebande de bois exotique, et le braconnage. Car un tigre tué peut représenter plusieurs années de revenus pour une famille.

La National Tiger Authority, le gouvernement, les professionnels du tourisme en appellent à la Cour Suprême pour qu’elle revienne sur son jugement. L’un des principaux arguments: les réserves les plus développées sur le plan touristique sont aussi celles où la concentration de tigres est la plus forte.

Le scandale de la réserve de Sariska est dans toutes les mémoires. En 2005, on découvrit que la totalité des tigres de la réserve avait été éradiquée avec la complicité des officiels en charge de leur protection. Les indiens ont peu de foi dans la capacité de leur département forestier à préserver leur héritage. L’audace de ces braconniers est sans limite, ils ont même tué une tigresse la semaine dernière à l’intérieur même de l’enclos d’un zoo, à Itanagar dans l’Arunachal Pradesh. D’après la Société de Protection des Animaux, c’est 923 tigres qui ont été victimes des braconniers entre 1994 et 2010, pour finir aplatis sur le sol de la maison d’un riche népalais ou broyés dans des potions médicinales chinoises .

En attendant de savoir si la Cour Suprême reviendra sur sa décision (verdict attendu ces jours-ci), il nous reste à regarder ces photos, ou bien à relire le témoignage de Katie, qui vit dans la jungle, auprès des tigres (ici).

Le tourisme sauvera-t-il les tigres en Inde ? dans Je l'ai lu dans le journal! tigre-1

tiger-3 Braconnage dans Potin, potin, quand tu nous tiens!

Cette photo, trouvée sur le site atigerjournal.com, et prise à Corbett National Park, me laisserait penser que nos amis anglais n'avaient pas menti

 

tigre-2 Cour Suprême dans Un peu de tourisme entre amis

 

J’ai le projet de transformer mon blog en livre, pour me soutenir, n’hésitez pas à aimez la page Facebook de mon blog! Vous pouvez également me suivre sur Twitter

Mots-clefs :, , , ,

Auteur :Helene Lecuyer

Blogueuse schizophrène qui partage son temps entre l'Asie dans tous ses points cardinaux et les côtes françaises de la Manche, j'habite depuis 7 ans un appartement à Bombay avec 4 hommes dedans, beaucoup de corneilles sur le balcon - parfois un milan majestueux - et des trains en contrebas. Reine du CV "non linéaire", après Sciences-Po Paris, j'ai semé les expériences professionnelles et les enfants à Singapour, en Corée et maintenant en Inde. A Bombay, je blogue, je m'investis dans la vie associative, je "pige" (pour TerraFemina, InaGlobal, ElephantJournal ...) J'aime Bombay la tragi-comique, dans sa grandeur et sa laideur, attachante et révoltante, toujours étonnante et intrigante. Ce blog, c'est pour partager avec toi, lecteur que j'espère fidèle ou du moins régulier, "mon" Bombay, parce que les émotions qui naissent ici sont trop démesurées pour rester contenues à l'intérieur d'un seul corps.

Inscrivez-vous

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

3 Réponses à “Le tourisme sauvera-t-il les tigres en Inde ?”

  1. Delannoy
    3 octobre 2012 à 20:28 #

    excellent article , parfaitement rédigé et structuré , du chapeau à la conclusion qui nous tient en haleine concernant la decision de la cour supreme , en passant par les illustrations de ce magnifique felin qu’est le tigre , tout est reelement superbe !
    De plus , la problematique est très explicit et attire vivement l’attention du lecteur .
    i <3 Bombay

  2. 3 octobre 2012 à 20:51 #

    @delannoy: merci pour tous ces compliments :-)

  3. Frero
    5 octobre 2012 à 2:13 #

    Coucou soeurette
    Le guide m’a salué avec grand respect mais ne m’a pas baisé les pieds ! n’exagérons pas.
    Pour le reste, seule l’aide des dieux hindou aura pu me donner autant de chance.

Laisser un commentaire

cyrilleauquebec |
Chemin Rêvant |
It'll all get better in time |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage aux Etats Unis
| Un an au Japon: Une Science...
| Ma vie dans 30 kg