Quatorze jours de prison pour un statut Facebook et un « like »

Quatorze jours de prison pour un statut Facebook et un

Le texte de l’encadré ci-dessus, un statut Facebook, a valu à une jeune femme et à son amie qui l’avait « liké » d’être arrêtées par la police, interrogées et condamnées à 14 jours de prison, en vertu de la section  505 du code pénal indien qui interdit « les propos créant ou promouvant l’inimité et la haine entre les classes ». Pendant ce temps, une foule en colère de 2000 personnes vandalisait une clinique appartenant à l’oncle d’une des deux jeunes femmes.

Qu’a dit cette jeune femme de 22 ans ? Que « le respect est gagné, donné et certainement pas forcé. » Que dimanche, « Bombay a fermé non par respect, mais par peur. »

Shaheen Dhada n’a pas eu de chance, vraiment, car tandis que tout Bombay s’était arrêté pour les funérailles de Bal Thackeray, leader d’extrême-droite, les statuts Facebook, les tweets qui questionnaient la sainteté nouvellement acquise du fondateur du Shiv Sena, qui critiquaient la fermeture complète de la ville, ces statuts et ces tweets abondaient.

Certains se demandent quel héritage laissera le Shiv Sena. Il n’y a qu’à voir l’état de la ville aujourd’hui. Cet héritage, c’est la peur.

Intimidation ! commentait une amie indienne sur mon propre mur Facebook alors que je m’étonnais – je m’indignais plutôt – du fait que mon opérateur de câble avait interrompu la diffusion de toutes les chaines de télévision dîtes de « divertissement » pour ne laisser qu’une chaîne d’information montrant les images de la cérémonie. Dimanche après-midi, à Bombay, c’était deuil obligatoire et il fallait pleurer « le Tigre ». « Le Tigre », c’est le surnom donné à Bal Thackeray, grand défenseur des droits et de la langue des Maharashtriens au détriment de ceux des migrants, surtout s’ils sont d’Inde du Nord et musulmans. « Les musulmans sont le cancer de l’Inde et doivent être opérés comme un cancer », confia-t-il un jour à India Today. Bal Thackeray qui déclarait à Asiaweek: « Je suis un grand admirateur d’Hitler et je n’ai pas honte de le dire.« 

Bal Thackeray, qui après avoir imposé sa loi à la ville de Bombay pendant 40 années, après avoir prôné les dissensions communautaires, était dimanche drapé dans les couleurs de l’Union Indienne, était salué de 21 salves  d’artillerie tandis que la fanfare de la police jouait en son honneur des chants funèbres.

Bal Thackeray dont « la vision », « le courage » était soudain loué par l’ensemble de la classe politique, par les dirigeants des plus grandes entreprises indiennes dont Anil Ambani, qui déclara avoir toujours admiré le chef du Shiv Sena pour son « patriotisme robuste ». Quel euphémisme pour celui qui en 2010 organisait le caillassage des salles de cinéma de Bombay diffusant le dernier film de Shah Rukh Khan. (Le King de Bollywood avait déplu pour avoir osé regretter l’absence de joueurs pakistanais dans les matchs de cricket de la ligue indienne).

Dimanche donc, tout Bombay était fermé pour cause de Bandh, le nom qu’on donne ici à cet arrêt total de toutes les activités commerciales, publiques et privées, à l’interruption des transports. La police rappelait qu’il n’y avait eu « aucune consigne », que tous ceux qui avaient fermé l’avaient fait « volontairement ».

bandh Bal Thackeray dans Spleen des rues

Bal Thackeray, victime de son propre Bandh ? Le dessin est d'autant plus savoureux que Bal Thackeray était connu pour ses talents de caricaturiste, il avait d'ailleurs commencé sa carrière en réalisant des dessins pour les journaux.

C’est pour avoir osé douter de la spontanéité et de la sincérité de ce deuil public que Shaheen Dada et son amie ont été arrêtées. Depuis, le ministre des Télécommunications de l’Union Indienne, un ancien juge de la cour suprême, le chef du Conseil de la Presse, tous se sont émus de cette arrestation abusive qui « porte atteinte à la liberté d’expression ».

La cellule du cyber-crime, elle, se félicite de la surveillance active qu’elle a su mener sur les réseaux sociaux et qui a contribué au maintien de l’ordre.

Les 2000 personnes qui ont saccagé la clinique de l’oncle de Shaheen Dada n’ont pas été poursuivies. Un peu trop souvent en Inde, c’est l’expression artistique, médiatique et maintenant sur les réseaux sociaux qui est muselée au nom de l’harmonie sociale. Ceux qui imposent leurs vues par la force dans la rue, ceux qui interdisent à d’autres de penser différemment, de croire différemment, de vivre différemment, ceux-là ne sont pas inquiétés. Parfois même, ils auront droit aux honneurs du drapeau indien qui flambera avec eux sur le bûcher funéraire.

 

 

Mots-clefs :, , , ,

Auteur :Helene Lecuyer

Blogueuse schizophrène qui partage son temps entre l'Asie dans tous ses points cardinaux et les côtes françaises de la Manche, j'habite depuis 7 ans un appartement à Bombay avec 4 hommes dedans, beaucoup de corneilles sur le balcon - parfois un milan majestueux - et des trains en contrebas. Reine du CV "non linéaire", après Sciences-Po Paris, j'ai semé les expériences professionnelles et les enfants à Singapour, en Corée et maintenant en Inde. A Bombay, je blogue, je m'investis dans la vie associative, je "pige" (pour TerraFemina, InaGlobal, ElephantJournal ...) J'aime Bombay la tragi-comique, dans sa grandeur et sa laideur, attachante et révoltante, toujours étonnante et intrigante. Ce blog, c'est pour partager avec toi, lecteur que j'espère fidèle ou du moins régulier, "mon" Bombay, parce que les émotions qui naissent ici sont trop démesurées pour rester contenues à l'intérieur d'un seul corps.

5 Réponses à “Quatorze jours de prison pour un statut Facebook et un « like »”

  1. Marcel
    20 novembre 2012 à 16:39 #

    Bien resume! J’en reviens pas!

  2. Marcel
    20 novembre 2012 à 16:39 #

    Superbement ecrit ;-) )))))

  3. StefG
    22 novembre 2012 à 17:23 #

    Délire ! Dis donc, c’est quand même un peu plus que le bal des faux-cul, quand même, cette ville ? (institutions, pouvoirs, élus, représentants, tout ça…)
    (Manque plus que l’UMP pour qu’on rigole/ enfin qu’on rigole, quand je vois ce sinistre Bal Thackeray…)

  4. 22 novembre 2012 à 18:14 #

    @StefG: c’est surtout le bal des pétoches. Le Shiv Sena et son armée de militants ont la capacité de terroriser la ville et ne s’en sont pas privés par le passé. En Inde, la foule peut-être imprévisible et même dangereuse. D’où la « trouille » et le silence des masses, des autorités. Je ne pense pas qu’on puisse comparer ce phénomène à l’UMP. L’homme politique le plus proche de Bal Thackeray sur l’échiquer français, c’est LePen, mais un LePen avec la volonté, et la capacité, de susciter la violence

  5. Frero
    27 novembre 2012 à 15:07 #

    et finalement, elle a été relâchée ou elle a fait des 15 jours de prison?

Laisser un commentaire

cyrilleauquebec |
Chemin Rêvant |
It'll all get better in time |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage aux Etats Unis
| Un an au Japon: Une Science...
| Ma vie dans 30 kg