On achève bien les SDF

salman-khan

Même Le Monde l’a relayé, dans un article un peu sec qui, à mon humble avis, n’a pas permis au lecteur de l’hexagone de comprendre l’ampleur du séisme. Une star de Bollywood a été condamné à 5 ans de prison après avoir écrasé un sans domicile fixe en état d’ivresse – c’est la star qui était en état d’ivresse, pas le SDF.

Déjà, le terme SDF n’est pas exact. En Inde, on ne les appelle pas SDF, mais “habitants des trottoirs” (pavement dwellers). Parce qu’une place sur le trottoir, ce n’est pas encore l’ascension sociale du bidonville, mais elle se mérite. Il y a une hiérarchie. Elle s’approprie, souvent en en marquant l’emplacement par une guenille qu’on accroche, comme un étendard, à un clou du muret ou à la grille – il y a beaucoup de rues bordées de grilles à Bombay. Les meilleures places sont sur un trottoir large, à proximité d’une intersection. Parfois, elles bénéficient de la protection d’une arcade, bien pratique en période de mousson, car les douches intempestives sont légions à cette période. C’est bien aussi quand la grille permet d’accrocher une bâche en plastique qu’on ancrera au sol grâce à deux grosses pierres. Mais quand vraiment on est au bout de la chaine, on en est réduit à dormir sur un îlot au pied du feu tricolore, au milieu du carrefour. C’est surélevé, mais pas très sûr.

pavement_jpg_1285364g

Salman Khan donc, parce que c’est lui, en état d’ivresse, a perdu le contrôle de sa voiture, grimpant sur le trottoir et roulant sur un groupe de “pavement dwellers” enveloppés pour la nuit dans leurs couvertures sales, reposant sur un carton aplati, parfois. Paisiblement endormis. Profondément endormis. Jusqu’à ce que la voiture de Salman Khan leur roule dessus, tuant un des dormeurs, en blessant grièvement 4 autres. Puis s’enfuyant.

C’est difficile de vous faire comprendre qui est Salman Khan. Il n’a pas son équivalent en France. Peut-être, si on regarde du côté de Hollywood, Leonardo DiCaprio ? Brad Pitt ? Vraiment c’est dur. Ou alors Steve Jobs pour les membres de la secte Apple de la première heure ? Non. Il n’y a pas à l’Ouest d’équivalent. Salman Khan, c’est un Dieu. Un Dieu de Bollywood, l’idole de centaines de millions de jeunes garçons qui l’admirent des fins fonds du Bihar (le Far West Indien), depuis Manipur (les paysages rêvés des producteurs de Bollywood, à la frontière de la Birmanie), depuis le Rajasthan (celui-là, on ne vous le présente pas. Si vous avez fait au moins un voyage en Inde, c’est là que vous êtes allés). Salman Khan est révéré, adulé, admiré. Et il ramène beaucoup d’argent à Bollywood, ayant figuré au premier rôle d’une soixantaine de blockbusters – on tourne et on joue beaucoup en Inde, et animant des émissions de télé-réalité à la télévision.

Il parait qu’il est sympa, par ailleurs. Ma trajectoire est entré en collusion par deux fois avec la sienne, par le plus grand des hasards. J’étais à un concert, lui aussi, mon fils est ressorti tout chamboulé des toilettes, il m’a juré que Salman Khan, vêtu d’un chapeau, avait été son voisin d’urinoir. Vu les bruissements dans l’assistance, ça devait être vrai. Et puis un jour, j’ai assisté à un dîner, et il était ASSIS DERRIERE MOI. Je ne me suis pas retournée, je venais d’arriver en Inde, c’était il y a dix ans, et j’ignorais qui il était. J’étais bien la seule.

Cette histoire – l’accident avec les SDF, n’est pas un scoop. Un peu avant, un peu après, il y a eu l’incident où, lors d’un safari au Rajasthan, il a tué quatre antilopes d’une espèce protégée. Il y a eu aussi cette sombre affaire, où l’une de ses anciennes petites-amies, ex-miss monde et mariée depuis au fils de Dieu-le-Père-de-Bollywood alias Amitabh Bhachchan , l’a accusé d’être violent. D’ailleurs, elle a refusé de l’inviter à son mariage. Il y a eu beaucoup de rumeurs mais l’histoire du SDF n’est pas un scoop, elle a eu lieu en 2002. Entre les faits et le jugement, il y en aura eu des retournements. Ce n’était pas lui qui conduisait – en Inde, moyennant j’imagine des compensations financières importantes, on trouve toujours des chauffeurs dévoués prêts à jurer sur le Ramayana et le Mahabharata que c’était eux au volant, lors de l’accident fatal. Il n’était pas ivre. Le principal témoin, un policier qui n’a jamais démordu que c’était bien Salman Khan qui avait titubé sur la chaussée avant de remonter dans sa voiture et de filer, est aujourd’hui décédé. Mais treize longues années après, la justice a enfin rendu son jugement. A l’Ouest, certains se sont extasiés. Les correspondants de médias, ou des anciens expatriés en Inde, qui suivent encore l’actualité du sub-continent se sont réjouis de cette manifestation certes tardive de l’impartialité du système judiciaire indien.

Ici, beaucoup se sont indignés. Mon chauffeur de taxi, quand le jugement est tombé, m’a informé que certes Salman Khan “avait fait ça, malheureusement”, mais que “fondamentalement, c’était un type bien”, “qui ne méritait pas d’aller en prison”. Faran Khan Ali, une célébrité locale, a d’ailleurs commenté dans une séries de tweets beaucoup décriés sur les réseaux sociaux que ce n’était pas de la faute de Salman Khan, si autant de SDF dormaient sur le trottoir. C’est vrai quoi, allait-on reprocher à un conducteur de train d’exploser les piétons qui traversaient les voies de manières inopinée? Même l’une de ses victimes a déclaré qu’elle ne souhaitait pas le voir terminer en prison.

 

Screen Shot 2015-05-09 at 21.25.11

(Pour ma mère, et tous mes lecteurs non anglophones: Tweet 1:  »C’est comme si on décidait de pénaliser un conducteur de train parce que quelqu’un décidait de traverser les rails … et se faisait tuer par la même occasion. » tweet 2:  »Le gouvernement devrait être avoir la responsabilité de loger les gens. Si personne ne logeait sur le trottoir, Salman Khan n’aurait tué personne ».)

J’ai été étonnée, de voir cette nouvelle relayée par Le Monde. Personnellement, je ne me suis pas excitée. Trop de cynisme, peut être, mais je n’y croyais pas. Salman Khan en prison ? Pour avoir écrasé un groupe de SDF ? Des individus qui sont en Inde INVISIBLES ? Ca ne me paraissait pas possible. Il lui a fallu 2 heures et 30 000 roupies (430 euros environ) pour être libéré sous caution. 2 jours pour obtenir une suspension de son jugement – établi après 13 ans de procès, rappelons-le. Il parait qu’il s’est envolé pour le Cachemire, pour terminer le tournage de son dernier film.

S’il atterrit vraiment en prison, je mange ma dupatta. D’ailleurs, je ne suis pas la seule à avoir des doutes

cartoon salman

Mots-clefs :, ,

Auteur :Helene Lecuyer

Blogueuse schizophrène qui partage son temps entre l'Asie dans tous ses points cardinaux et les côtes françaises de la Manche, j'habite depuis 7 ans un appartement à Bombay avec 4 hommes dedans, beaucoup de corneilles sur le balcon - parfois un milan majestueux - et des trains en contrebas. Reine du CV "non linéaire", après Sciences-Po Paris, j'ai semé les expériences professionnelles et les enfants à Singapour, en Corée et maintenant en Inde. A Bombay, je blogue, je m'investis dans la vie associative, je "pige" (pour TerraFemina, InaGlobal, ElephantJournal ...) J'aime Bombay la tragi-comique, dans sa grandeur et sa laideur, attachante et révoltante, toujours étonnante et intrigante. Ce blog, c'est pour partager avec toi, lecteur que j'espère fidèle ou du moins régulier, "mon" Bombay, parce que les émotions qui naissent ici sont trop démesurées pour rester contenues à l'intérieur d'un seul corps.

Inscrivez-vous

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire

cyrilleauquebec |
Chemin Rêvant |
It'll all get better in time |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage aux Etats Unis
| Un an au Japon: Une Science...
| Ma vie dans 30 kg