Payal, 35 ans, pilote de ligne

payal2.jpgJe m’appelle Payal Pasricha, j’ai 35 ans, j’habite à Bombay, Inde et je suis pilote de ligne.
J’ai commencé à travailler en 1993, à 20 ans. Je venais d’obtenir ma licence de pilote de ligne après deux années de formation au Texas, et j’ai rejoint East West airlines, une compagnie aérienne domestique indienne. Bien sûr, avec 250 heures de vol derrière soi, au départ on n’est que co-pilote, et les 3 premières années sont consacrées à de la formation. C’est seulement après 1500 heures de vol qu’on peut enfin être commandant de bord. Aujourd’hui, je vole pour Kingfisher airlines, une compagnie aérienne indienne récemment créée, nous sommes 300 pilotes, dont une vingtaine de femmes !
Parfois, le job peut être monotone. On passe des heures à attendre, les autorisations de décollage, celles d’atterrir, dans les aéroports. C’est vrai que je ne ressens plus l’excitation du début à la simple perspective d’être dans le ciel ! Mais attention, je ne ferais un autre métier pour rien au monde. Le gros inconvénient de ma profession en fait, ce sont les horaires. Nos horaires changent en permanence, les jours de congé aussi. Avec ça, impossible de s’inscrire à un cours de danse par exemple. La vie sociale est réduite, d’autant plus qu’on n’a pas le droit de boire dans les 12 heures qui précédent un vol. Certains jours, je ne vole qu’une fois dans la journée. Mais d’autres fois je peux avoir jusque 4 vols le même jour, à condition de ne pas dépasser 8 heures dans le ciel. Après 15 années, je déteste toujours autant les vols à 5 heures du matin !

Pour être pilote ? D’abord il faut aimer ça ! Il faut aussi de la patience, je l’ai dit, ne pas être rebutée par la technique. Il faut savoir être flexible, s’adapter à de nouvelles situations, à de nouveaux équipages (ils changent en permanence). Et surtout, il faut savoir garder son calme en toute circonstance, ne jamais paniquer. Quand les incidents arrivent dans la vie réelle, on a beau y avoir été préparé pendant les formations, ça reste toujours extrêmement stressant. Un jour, un vol que je pilotais a eu une décompression. Pour vous les passagers, les masques à oxygène descendent automatiquement, pas pour nous les pilotes ! Il ne faut pas oublier de les prendre ! J’entends beaucoup d’amies se plaindre, « je suis si stressée au travail ». Le stress fait partie du métier, même si on n’en parle jamais. Au décollage, à l’atterrissage, lorsque le temps est mauvais, c’est là, dans un coin de la tête, quelque chose pourrait mal tourner.

J’ai toujours rêvé d’être pilote. Mon père l’était, mon frère est pilote de chasse. C’était la voie normale pour moi. Pas une seule seconde le fait que je sois une fille ne m’a freiné. D’ailleurs, je n’ai jamais ressenti de discrimination. Si il y en a qui semblent surpris, parfois, ce sont les passagers ! Lorsqu’ils nous voient passer dans nos uniformes, ils se retournent pour nous regarder une deuxième fois. Je gagne 7000 euros par mois. Je suis très contente de mon salaire. En Inde, c’est vraiment beaucoup !

Je ne suis pas mariée, par choix. Mais je pense que ce serait vraiment dur de gérer ma famille et mes enfants avec mon type d’horaires !

Je parle anglais, hindi. Pour l’instant, je ne fais que des routes domestiques, mais j’espère bien pouvoir évoluer vers l’international très bientôt. Et j’adore lorsque je dois aller aux formations airbus à Toulouse !

Pas une journée ne se ressemble pour moi en termes d’horaires. Aussi c’est difficile de vous donner mon rythme. Si je vole, je petit-déjeune toujours, sinon, je fais l’impasse ! A l’heure du déjeuner, si je suis en vol, je mange dans l’avion. Le pilote et le co-pilote ont toujours des plateaux différents. C’est pour éviter qu’on soit malade tous les deux ! On ne sait jamais, d’autant plus que les repas d’avion sont cuits 10 à 12 heures à l’avance, puis réchauffés, ça augmente les risques ! Bien sûr, au travail, je porte mon uniforme. J’en suis très fière ! Et je ne perds pas de temps le matin, à me demander ce que je vais porter !

Après le travail, je rentre chez moi, je me relaxe en lisant, en écoutant de la musique pop, en regardant la télé, friends, ou desperate housewives. Je ne fais pas de sport, je suis trop paresseuse pour ça. Ce que j’aime, c’est bien manger, bien boire, faire la fête ! Mais ça, c’est surtout en vacances, parce qu’à Bombay, avec mes horaires … Mais j’adore la cuisine italienne. Un truc beauté ? Ah non, je n’en ai pas !!! Et pour rester en forme ? Je pense que le plus important, c’est le repos. Il faut dormir suffisamment, sinon on ne peut pas fonctionner. Si je me lève tôt, je me couche très tôt. Sinon, je ne fais rien de spécial. Mais on est très bien suivis quand on est pilote, tous les 6 mois, on a droit à bilan médical complet.

J’adore mon métier. C’est amusant de conduire un avion. Et puis, ça permet de voir le monde !

cyrilleauquebec |
Chemin Rêvant |
It'll all get better in time |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage aux Etats Unis
| Un an au Japon: Une Science...
| Ma vie dans 30 kg