Sooni, 53 ans, scénariste et réalisatrice

Sooni, 53 ans, scénariste et réalisatrice sooni2-1024x680Sooni Taraporevala a 53 ans. Elle est photographe, scénariste et réalisatrice. Proche de Mira Nair, c’est à elle que l’on doit les scénarios de Salaam Bombay, d’un Nom pour un autre, ou encore de Mississipi Masala. Elle est également la réalisatrice de Little Zizou , un film qui se déroule dans la communauté Parsi dont Sooni est originaire. Le jeune Zizou est orphelin, bombayite, grand fan de football et il prie tous les soirs sa mère afin qu’elle fasse venir Zinedine à Bombay. Selon la réalisatrice, Little Zizou est un film « sur la nécessité de l’amour, la possibilité du pardon, la folie des conflits entre adultes et les rêves insensés de la jeunesse ».

Tous les jours pour moi sont différents. Je ne parlerai pas des semaines passées à tourner Little Zizou, délirantes et intenses !  Mais plutôt de mes journées en tant que scénariste. Lorsqu’on écrit, on a le temps de la réflexion, on peut changer les choses… J’ai beaucoup écrit pour Mira Nair,  nous sommes des amies proches depuis nos années d’étude à Harvard.  Difficile aussi de vous donner mes horaires ! Si j’ai travaillé tard, je me lève tard le lendemain. Mes deux enfants, à 12 et 14 ans, sont assez grands pour se débrouiller le matin. Lorsque j’écris, je pense sans arrêt à mon histoire. Je n’ai pas de synopsis, je découvre en allant les événements, les réactions de mes personnages. Je pense que si je peux me surprendre moi-même, alors le public aussi sera surpris. Mon rythme de travail dépend beaucoup des échéances. Généralement, un premier jet me prend 10 à 12 semaines. Mais j’ai dû écrire « un nom pour un autre » en 11 jours ! Plus jamais ça !

Le matin, je commence par me brosser les dents, puis je bois mon thé en lisant 4 journaux à la fois.  Je vérifie mes mails, j’en ai toujours des tonnes ! La télévision est allumée, pour mes enfants et mon mari. J’ai rencontré mon mari à 37 ans, sur un siège de dentiste ! Le dentiste, c’était lui! Entre les soins, on a réalisé qu’on avait vraiment beaucoup de points communs. Puis je pars au bureau, en taxi. Je ne sais pas conduire. Je suis convaincue que je tuerais immanquablement quelqu’un, ou que je me ferais tuer ! Ca n’a jamais été un problème, sauf à Los Angeles. Là-bas, je prenais le bus avec les femmes de ménage mexicaines. Mon bureau, en fait, c’est un appartement de famille, avec une atmosphère surannée, des meubles anciens, du marbre partout. J’y sens la présence des morts, ils m’inspirent.

Je ne m’arrête pas pour déjeuner. J’écris sans m’arrêter, 8 à 9 heures de suite, en grignotant du channa, une recette indienne à base de pois chiches. Je reste en contact avec les enfants par téléphone. Avant mon mariage, j’écrivais la nuit, mais désormais ce n’est plus possible. J’essaie de rentrer chez moi pour le coucher du soleil. Je me tiens debout près de la fenêtre de mon séjour, et je regarde le soleil se noyer dans la mer d’Arabie, cela me remplit d’un sentiment de paix, de beauté, de continuité. Parfois aussi je regarde la lune, et son reflet sur l’eau. Et comme tous les indiens, j’aime la pluie, la mousson que nous attendons toujours avec impatience. Elle évoque l’enfance, l’odeur de la terre humide, les éclaboussures, toutes sortes d’associations merveilleuses pour un écrivain ! Nous dînons en famille, vers 20h, essentiellement de la nourriture parsi, un mélange d’influences indiennes et iraniennes. Mon mari aime les films. Personnellement j’adore le cinéma français.  Hiroshima mon amour, les films de Bresson, Godard… Quand j’étais étudiante, je prenais de haut le cinéma d’Hollywood. Quand j’y repense, quelle arrogance !  Généralement, nous nous couchons vers 23h30. La dernière chose que je fais ? Mes prières. Je suis très croyante.

En tant qu’écrivain, je repousse le moment de commencer à écrire ! Ensuite, je n’ai plus le choix, je dois m’y mettre et ça va très vite ! Aussi, je remets toujours le rangement au lendemain. Mon bureau, ma maison sont horriblement désordonnés, remplis de papiers.  Je me ronge les ongles. Je me les suis faits pousser deux fois : pour mon mariage, et pour le navjote de mon fils (l’équivalent de la Bat Mitzva juive, pour les parsis). Je déteste faire des efforts pour m’habiller, me maquiller. La saison des mariages en Inde, quand il faut porter le sari aux cérémonies, c’est une torture ! Je ne fais rien pour la ligne. Ma nourriture favorite, c’est la pizza. J’ai survécu à la pizza lors de mes études aux Etats-Unis ! Je suis mince naturellement, c’est génétique ! Je n’ai pas de trucs beauté. Ma grand-tante avait l’habitude de me dire : « Tu ne prends pas soin de ta peau ! Fais attention à toi ! » Maintenant, je mets de la crème Clarins. Il y a plein de choses françaises dans ma vie !

cyrilleauquebec |
Chemin Rêvant |
It'll all get better in time |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage aux Etats Unis
| Un an au Japon: Une Science...
| Ma vie dans 30 kg