Ton, 26 ans, masseuse

ton.jpgJe m’appelle Tonshimla Rungsung, j’ai 26 ans et je suis thérapeute dans un spa international à Bombay, Inde.

Je suis arrivée à Bombay en mars 2006. Je suis originaire de l’Himalaya, près de la frontière chinoise. Je menais là-bas une vie simple. Nos coutumes, notre nourriture, nos vêtements sont différents du reste de l’Inde. Par exemple, les femmes de ma tribus portent un sarong rouge. Nous tissions nos propres vêtements. Bien que mes parents soient très pauvres, ils ont tenu à m’envoyer à l’école. Grâce à la bourse du gouvernement (20 euros par an), ils ont pu payer les frais de scolarité. J’ai fait des études d’histoire. Malheureusement, Manipur, dont je suis originaire, est vraiment très corrompu. Et c’est quasiment impossible d’y trouver un travail. Les quelques entreprises privées installées là-bas paient des salaires très faibles, 40 à 50 euros par mois. C’est dur de survivre avec si peu. Les emplois de fonctionnaire sont mieux rémunérés, mais pour pouvoir être embauché, il faut payer des sommes importantes à des intermédiaires. Après deux ans de chômage, j’ai décidé de tenter ma chance à Bombay. J’ai démarré comme hôtesse dans un restaurant, puis j’ai appris qu’un spa cherchait des thérapeutes, je me suis présentée et j’ai été embauchée. Je n’avais aucune connaissance du métier, aussi ai-je commencé par 3 mois de formation.

Ce que j’aime dans mon travail, c’est la possibilité d’apporter de la satisfaction à mon client. J’aime donner le meilleur service possible. Aussi, j’apprends toujours quelque chose, de nouvelles techniques. Quand j’étais hôtesse, il n’y avait rien à apprendre ! Ici je suis formée régulièrement. Du côté des désavantages, il y a parfois des malentendus avec certains clients masculins qui me demandent des « extras ». Certains proposent même de « m’apprendre » !! Quand c’est le cas, j’arrête le traitement immédiatement et nous n’acceptons plus de rendez-vous pour eux à l’avenir. Mais c’est vraiment désagréable et stressant. Attention, ça n’est pas fréquent, peut être 5 clients sur 100 ! Mais ça arrive.

Je me vois bien faire ce métier longtemps encore, mais j’aimerais partir à l’étranger, pour gagner plus d’argent. Je travaille 9 heures par jour, 6 jours sur 7. J’ai 3 semaines de congé par an. Et je gagne 300 euros par mois. Sur ces 300 euros, j’en envoie 100 à mes parents, à Manipur. Je me sens redevable envers eux de m’avoir envoyé à l’école. Sans eux, je ne parlerais pas anglais et je n’aurais jamais pu venir à Bombay. Sans éducation, on ne peut aller nulle part. Je serais toujours au village, sans espoir d’évolution. Je dépense aussi 80 euros par mois pour mon loyer. Je partage mon logement avec une cousine qui travaille la nuit dans un call center. Aussi ne nous voyons nous jamais !

Je ne suis pas mariée et je n’ai pas l’intention de me marier. J’ai vu autour de moi beaucoup de mariages où le mari ne travaille pas, et où la femme doit tout assumer ! C’est une lutte permanente pour elle. Mais si un jour je rencontre quelqu’un qui puisse m’épauler, et si j’ai des enfants, je veux pour eux une vie heureuse et sûre. Heureuse, ça veut dire avec un toit pour s’abriter, suffisamment à manger et des vêtements pour se couvrir. Et sûre, avec assez d’argent pour être à l’abri des personnes mal intentionnées qui veulent abuser de vous. Quand j’étais enfant, j’avais un rêve. Celui d’avoir un travail où je gagnerais bien ma vie pour pouvoir aider mes parents, ils ont tellement fait pour moi. Alors oui, d’une certaine manière, j’ai réalisé ça !

Je parle anglais, tangkhul, manipuri (il s’agit de dialectes de tribus de l’Himalaya), et juste assez de Hindi pour me débrouiller dans la rue. La moitié de ma clientèle est occidentale. Je suis plus à l’aise avec eux. Moi aussi je suis une étrangère ici.

Le matin, je suis toujours à l’heure. Je me lève généralement à 8 heures. Je prépare le déjeuner que je vais emmener sur mon lieu de travail, je me douche, puis je pars vers 9h30. Il me faut 1h30 de train pour venir. Au travail, l’ambiance est bonne. Quand nous n’avons pas de clients, nous bavardons, nous plaisantons ! Mais quand j’ai des rendez vous 9 heures de suite, c’est fatigant physiquement. A 20 heures, ma journée de travail se termine, je reprends le train, j’arrive chez moi, il est 21h30. Je commence par ranger le désordre de l’appartement. Ma colocataire, déjà partie au travail, ne fait pas grand-chose ! Je prépare à manger. Après dîner, je m’assois pendant ½ heure, à regarder la télé. Parfois je sors marcher un peu. Puis je dors. J’ai l’impression de ne jamais assez dormir ! Quand je suis très stressée, fatiguée, je vais au cinéma voir un film Bollywood. Ca me relaxe ! Le jeudi, qui est mon jour de congé hebdomadaire, et bien, je dors ! Et j’en profite pour faire tout ce que je ne peux pas faire le reste de la semaine, la lessive, le ménage. Je cherche un autre appartement aussi. Je voudrais vivre seule. Mais c’est dur de trouver un logement abordable à Bombay. Soit le quartier n’est pas sûr, ou alors, la pièce est asphyxiante, pas de fenêtre, pas de ventilateur…

Vous êtes sûre que ça vous intéresse, de savoir tout ça ?

Ton sourit, l’air incrédule et ravi tout à la fois. 

 

cyrilleauquebec |
Chemin Rêvant |
It'll all get better in time |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Voyage aux Etats Unis
| Un an au Japon: Une Science...
| Ma vie dans 30 kg